Archives de Catégorie: Cuba

Citation

Les sweedys à Trinidad

 

Cuba - Trinidad - Photo Montage

Les maisons colorées du centre

 

     Trinidad est peut être la ville à l’ambiance la plus coloniale de Cuba, avec son centre historique aux petites rues pavées et aux maisons très colorées. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1988, ce qui a sûrement permis sa très bonne conservation. Mais c’est aussi La ville touristique par excellence, et on s’en est vite rendu compte par le nombre de rabatteurs qui nous attendait à la sortie du bus. Et même, contre toute attente… nos noms sur un panneau !! C’était en fait le propriétaire de notre casa particular à Cienfuegos qui avait appelé une amie, lui disant nos noms et avec quel bus nous arrivions… Le malaise… Nous l’avons quand même suivi et sommes finalement restés chez elle.

 

Tout ça pour nous !!!

Tout ça pour nous !!!

     Dès le lendemain de notre arrivée, nous avons loué des vélos (et quels vélos! :s) pour aller jusqu’à la plage Ancón, à 12 kms. La ballade est vraiment chouette (même si le soleil est écrasant) et nous fais passer par le petit village de la Boca, avec la chaine de montagne Sierra del Escambray en toile de fond. Il existe d’ailleurs quantité de randonnées autour de Trinidad, mais après nos deux mois en Bolivie on préfère se concentrer sur le glandouillage de plage 🙂

 

Fait pas beau hein !!!!

Fait pas beau hein !!!!

      Celle-là est censée être la plus belle de la côte sud. Pas de chance, la journée était vraiment venteuse et Aurore s’est fait piquer par une méduse… De plus, un gros complexe hôtelier gâche un peu la carte postale et tout est aménagé pour les touristes (petit parasol, parking à vélo, bar). Résultat : une plage, certes étendue et sympa pour y passer la journée mais nous avions préféré le charme de Playa Giron.

Cuba - Trinidad - La ville (3)            Cuba - Trinidad - Plaza Mayor (4)

     Depuis notre arrivée à La Havane, nous avions du mal à trouver des endroits où écouter de la musique live. Et il y a eu Trinidad !! Parsemée de bars ou cabarets, c’est une des villes à la vie nocturne la plus dynamique (pour les touristes nous entendons). Nous sommes donc allés siroter un ou deux mojitos au « Palanque de los Congos Reales » le premier soir, pour écouter les rythmes endiablés de salsa et rumba !

 

Cuba - Trinidad - Soirée musique (1)

Petit concert de salsa

     Cette soirée fut l’occasion pour Aurore de se découvrir une nouvelle envie, LA SALSA !! Le lendemain, direction cours de salsa pour tout le monde ! Nous avions chacun notre prof pour apprendre les pas avant de danser en couple. A base de 1.2.3 … 5.6.7… La salsa c’est avant tout plein de combinaisons de pas de danse à intégrer, de quoi en emmêler les pinceaux de Maxime 🙂

 

Cuba - Trinidad - Cours de salsa (12) Cuba - Trinidad - Cours de salsa (2)

      Après cette heure de cours intensif, un petit apéro s’imposait ! Nous nous sommes donc posés sur les marches de la Plaza Mayor, le spot de rassemblement des touristes pour la soirée, pour finir cette belle ville avec musique, rhum et cigare !!

 

Des poutoux !!

Des Grouuuux Poutoux !!

Les sweedys à Trinidad

Citation

Les sweedys : de Matanzas à Cienfuegos

 

Pas de stress !!

Pas de stress !!

     S’il y a bien une chose que nous avons apprise au cours de cette semaine, c’est qu’à Cuba, il faut vivre au jour le jour! Effectivement, depuis notre départ de la Havane, nous avons rarement dormi le soir à l’endroit où nous avions décidé d’aller le matin !

     Nous partons d’abord direction Matanzas à quelques kilomètres à l’est de la capitale. Tout le monde se demande ce qu’on veut aller y faire et on nous conseille très vivement d’aller plutôt à Varadero (ville voisine), que ce soit touristes ou locaux. Pour nous justifier, nous citerons notre cher et tendre Lonely Planet : « Varadero baigne dans une ambiance rappelant davantage la Floride… L’authenticité cubaine y brille par son absence »… Il n’y a donc pas à tergiverser, ce n’est pas vraiment le genre d’endroit que l’on recherche ! Nous préférons donc tenter Matanzas, ville plus paisible qui a donné naissance à la rumba.

 

Le train Hershey

Le train Hershey

     Pour s’y rendre, nous choisissons de prendre le seul train électrique de l’île (Hershey Electric Railway, dont la seule ligne est La Havane – Matanzas), après avoir bien vérifié auprès de l’office de tourisme qu’il circule tous les jours (on n’est jamais trop prudent !). Nous découvrons une magnifique petite voiture ! Mais pas de chance, le train ne circule pas sur toute la ligne ce jour là, à causes des intempéries de la veille, et s’arrêtera à 30 kms de notre destination… Nous changeons donc de plan et décidons d’aller à Jibacoa, une petite station balnéaire pour cubains, desservie par notre train. Après 1h30 de retard au départ, deux pannes, des étincelles, et 2h30 de retard à l’arrivée, nous arrivons au milieu de pas grand chose, accompagnés de deux allemandes. Le village est encore à 5 kms, et nous nous faisons gentiment avancer par un cubain et son tracteur sur 2kms : les filles vont dans la cabine, et nous en équilibre à l’arrière !

 

5 sur le tracteur, Oui, ca passe !!!

5 sur le tracteur, Oui, ca passe !!!

     Nous avons trouvé à nous loger dans le camping « Los Cocos », dans un petit bungalow (19CUC avec petit dej) au milieu de tous les cubains en vacance !

 

La plage de Jibacoa.

La plage de Jibacoa.

     Au programme : pire petit déjeuner de notre voyage à base de tripes,  snorkeling (malheureusement il n’y avait rien à voir), pique-nique sur la plage, plouf dans une délicieuse mer turquoise, et recherche de comment on allait repartir le lendemain, ce qui nous a quand même pris un temps considérable…! Certaines personnes nous disent qu’un bus local passe à telle heure, une autre personne nous dit qu’il n’existe pas, une autre nous dit qu’il passe à un autre endroit… Bref ! A 7h du matin, nous étions au bord de la route,  prêts à prendre le premier transport qui voudra bien nous prendre.

 

Les rues calmes de Matanzas

Les rues calmes de Matanzas

     Nous arrivons finalement à Matanzas, une petite ville pleine de charme, avec une place toute jolie et une vingtaine de petits ponts, puisqu’elle est traversée par deux fleuves. Nous trouvons THE casa particular (Hostal Alma, 20 cuc, 4 cuc le p’tit déj’), avec une dame adorable et une énorme terrasse pleine de rocking chair pour se prélasser ! 🙂 Le tour de la ville se fait facilement en une journée et nous décidons pour le lendemain d’aller à la Playa Coral, apparemment réputée pour le snorkeling. Un petit hic, pas de transport pour y aller, nous sommes obligés de prendre un taxi qui nous attendra sur place et nous ramènera. Les fonds marins sont jolis mais pas transcendants, nous retiendrons surtout que les poissons y sont curieux et nous suivaient de près (très près), ce qui a valu à Aurore un petit coup de stress. De retour en ville, nous essayons de trouver un endroit où écouter de la rumba mais sans succès… nous sommes jeudi soir et l’ambiance n’est pas au plus haut :s Petite déception pour une ville qui a donné naissance à tout un genre musical, mais on s’y est quand même senti bien 🙂

Cuba - Matanzas - La ville (7)       Cuba - Matanzas - La ville (10)

     Comme pour la double monnaie, qui crée une séparation locaux/touristes, le système de transport n’est pas toujours évident ici. Il existe une compagnie de bus exprès pour les touristes, « Viazul », qui dessert les principales villes de Cuba, mais lorsque l’on veut sortir des sentiers battus, ça se complique! Si vous posez la question à un cubain, il vous répondra que vous avez le choix entre Viazul et le taxi. En fait il existe plein d’autres moyens, notamment des bus locaux (« guagua ») ou des « camiones », pour desservir les villes ou des villages plus reculés. Mais ce sont des transports pour les cubains et non pour les touristes, qui sont aussi un peu aléatoires sur les horaires et les arrêts, et on ne vous en parlera jamais… C’est comme ça qu’on a été amené à changer de plan, parce que l’endroit où on voulait aller été soi-disant inatteignable :s

 

Les Ponts de Matanzas .

Les Ponts de Matanzas .

Nous poursuivons donc notre route en partageant un taxi avec un autre touriste pour Cienfuegos, au sud de l’île. Nous découvrons la ville sur un air de Benni Moré « Cienfuegos es la ciudad, la mas que me gusta a mi », avec ses enfilades de colonne (très pratique pour les orages d’après-midi!), et son agréable malecon. Le soir venu, nous tombons sur un petit concert très sympa au milieu de tous les Cienfuegueños. Au programme pas de musique cubaine, non non non, mais des classiques rock’n’roll des années 70, de TRÈS bons mojitos, et du déhanchage avec les cubains 🙂

 

Cuba - Cienfuegos - La ville (1)Cuba - Cienfuegos - La ville (12)Cuba - Cienfuegos - La ville (16)

      Nous quittons rapidement la ville pour un petit weekend plage dans la célèbre baie des cochons. Les gros sacs laissés à notre casa particular, nous louons un scooter (20 CUC/jr) et traversons la campagne jusqu’à Playa Giron ! Quel plaisir d’être complètement indépendant 🙂 La destination n’a pas été choisie au hasard… si nous y allons, c’est pour plonger ! La baie est malheureusement connue pour son débarquement de 1961, où des opposants à la révolution cubaine, entrainés par la CIA, tentèrent de renverser le régime de Fidel Castro, opération qui fut un véritable échec. Mais c’est aussi un mur de corail de 300m de hauteur qui s’étire sur toute la longueur la baie, soit des dizaines et des dizaines de spots de plongée et snorkeling !

Cuba - Cienfuegos - Arrivée en scooter (2)      Cuba - Playa Giron - Playa los cocos (4)

     Autant nous n’avions pas été complètement émerveillés lors de nos plongées en Australie et au Brésil, autant nous avons ici trouvé un vrai concurrent à l’Indonésie. Une visibilité superbe, de magnifique coraux, pleins de poissons, de belles couleurs… Pfff ! Que du bonheur !

 

Des Poutoux

Des Poutoux

Les sweedys : de Matanzas à Cienfuegos

Citation

L’arrivée des sweedys

à Cuba

Cuba - La Havane - La Forteresse San Carlos (7)

Les canons de San Carlos de la Cabaña

     Notre arrivée à Cuba a été retardée d’une journée, pour cause de surbooking d’un de nos vols et une proposition intéressante. Le personnel de la compagnie cherchait deux personnes « non pressées » qui pourraient partir avec le vol du lendemain, contre une nuit au Sheraton près de l’aéroport, les trois repas et le transport inclus, et un « voucher » de 150 USD chacun. Il se trouve que ce « bon » ne sert à rien puisqu’on ne peut pas l’échanger contre du cash et seulement acheter des billets d’avion avec cette compagnie (Avianca, compagnie Columbienne), mais nous n’avons pas beaucoup hésité pour dire Ok ! Voila comment on s’est retrouvé dans une super chambre à Bogota, à nous faire servir comme des rois dans les restaurants, et à se péter le bidou comme il se doit (ba oui c’est gratuit lol). La note s’élevait quand même à 331 USD à notre départ, on est contents de pas avoir eu à les payer !

 

La classe !!

La classe !!

     A l’arrivée, la Havane est vraiment comme on l’avait imaginée (ou comme on s’en souvenait, pour Maxime qui est déjà venu il y a une dizaine d’années avec sa famille). Le mélange caraïbes, piraterie, anciens bâtiments coloniaux hauts en couleur, la musique qui sort des fenêtres, des odeurs de cigares par-ci par-là, la petite dame qui descend sa clé accrochée à une ficelle du haut de son balcon pour que sa copine puisse ouvrir la porte, le bruit d’une calèche qui passe ou encore le klaxon d’une vieille Cadillac des années 50 … La magie opère sans grande difficulté!

  Cuba - La Havane - Balade el Prado (19)              Cuba - La Havane - Balade el Prado (16)

     Nous avons dormi dans le beau quartier de la Havana Vieja, dans  deux « casa particular » différentes. C’est ici l’hébergement le moins cher (quoique quand même pas donné :s 20-35 USD) : vous êtes chez des cubains qui louent certaines de leurs chambres, avec souvent possibilité de prendre le petit déjeuner ou autre repas en payant un supplément. On ne peut donc pas être plus près des locaux, et en plus on a le droit à du grand confort puisque le gouvernement surveille de près l’état des maisons.

 

L'agitation d'Havana vieja.

L’agitation d’Havana vieja.

     Après 5 mois en Amérique du Sud, nous pouvons dire que nous nous débrouillons plutôt bien niveau espagnol, mais qui dit nouveau pays, dit nouvel accent! Et celui des caraïbes n’est pas des plus simples parce qu’ils avalent beaucoup de sons et n’en prononcent pas certains (les « s » par exemple) : le « despues » se transforme alors en « dèpouè ». Imaginez l’accent créole sur de l’espagnol 🙂 Mais on s’y fait petit à petit, et les cubains ne sont tellement pas habitués à voir des touristes parler espagnol qu’on nous demandent souvent si on est espagnols, quel compliment ! Oui oui, on se la pète un peu 😉

 

Y a pleins des canons de Pirates !!!!!!

Y a pleins des canons de Pirates !!!!!!

     Même si on est vite tombés sous le charme de la capitale, tout n’est pas rose côté « pratique » puisqu’on s’est très rapidement rendu compte que Cuba n’est PAS une destination à backpakers :s Pour faire simple, le pays dispose depuis quelques années d’une double monnaie : le CUC, qui a la valeur du dollar et est utilisé pour payer des trucs chers (donc pour les cubains riches et les touristes) et la Moneda National, qui vaut 24x moins (1 CUC = 24 MN) et est utilisée par tous les cubains.

 

Plaza Vieja

Plaza Vieja

Le problème étant qu’en tant que touriste, on vous fera toujours (ou presque) payer en CUC, donc plus cher… Par exemple, une course en taxi de 5 MN pour un cubain, on vous la fera payer 5 CUC ! Résultats : un écart énorme entre la population locale et les touristes, qui ne se côtoient finalement pas. Les écarts de prix entre endroits ou personnes est donc un problème pour nous, petits routards, pour vivre à la fois pour pas cher mais aussi avec les cubains puisque c’est quand même ce qu’on recherche dans tous les pays. Nous avons néanmoins trouvé une solution pour manger pas cher en échangeant quelques CUC en MN et en allant dans les petites cafétérias à emporter de rue le midi, où les prix sont clairement affichés (impossible de retirer pour nous de la MN). Il y a donc deux circuits, le Touriste et le Cubain, et le touriste n’est pas forcement le bienvenue dans celui des cubains …

  Cuba - La Havane - Balade el Prado (22)              Cuba - La Havane - Balade el Prado (23)

     Nous avons passé 3 jours à la Havane, le temps de bien se balader et s’imprégner de l’atmosphère, que ce soit les rues touristiques de la Havana Vieja ou encore celles plus éloignées et malheureusement bien plus pauvres le long du fameux Malecon. Chaque promenade permet de déboucher sur de belles petites places, des architectures complètement différentes mais qui s’associent tellement bien, ou encore des curiosités, comme une réunion de vente de maison sur carton en pleine rue ! Parfois nous perdions un peu (beaucoup) de temps… pour acheter de l’eau à un prix décent (et s’il n’y a pas de pénurie du dimanche :s) ou encore pour trouver un endroit avec internet (rarissime à Cuba). Coté visites, petite déception au musée de la Révolution, assez mal fait, sauf peut-être pour ceux qui sont hyper caler question histoire cubaine, mais enchantement devant les oeuvres cubaines du musée de Bellas Artes.

 

Cuba - La Havane - Musée d'art moderne

     Le dernier jour, nous avons pris le ferry pour aller de l’autre côté de la baie, à Casa Blanca, visiter la forteresse de San Carlos de la Cabaña. Elle empêchait les pirates et les envahisseurs étrangers d’accéder à la ville aux environs du XVIIIème siècle et devint le quartier général du Che après la révolution. Maxime était EN JOIE devant tous les canons, à s’imaginer être un méchant pirate ! (et Aurore désespérée… lol) Depuis le fort, nous avions une belle vue sur la Havane, mais pas le temps de prendre trop de photo, un orage arrive ! Nous sommes restés 40 min sous un petit abri, à attendre que la pluie et les éclairs passent… Depuis notre arrivée, nous avons le droit au même temps tous le jours : le matin, un ciel superbe avec une chaleur écrasante et l’après-midi, un orage avec grosse pluie torrentielle ! C’est ça d’aller à Cuba en juin, saison des ouragans 🙂

 

Des poutoux !!

Des poutoux !!

L’arrivée des sweedys à Cuba