Archives de Catégorie: Cuba

Citation

Cuba en Bref

       C’est peut être parce que c’était notre dernier pays mais ce mois à Cuba est passé à une vitesse folle ! Il nous a procuré beaucoup d’émotions, qu’elles soient positives ou non, et nous l’avons de ce fait comparé plusieurs fois à nos impressions en Inde. La Havane est vraiment une capitale magnifique, avec une atmosphère bien particulière qui lui est propre et qui nous a émerveillé ! Nous avons été touché par l’ambiance caribéenne du pays, avec son soleil écrasant, son rythme nonchalant, son incroyable musique, ses forts de pirates… Malheureusement, le joli tableau s’est un peu noircit par le manque de vrai contact avec les locaux, sans qu’il n’y ait un rapport d’argent ou d’intérêt derrière, qui nous a beaucoup manqué. En dehors de nos propriétaires de casa particular, qui ont été la plupart du temps adorables avec nous, nous n’avons pas pu faire de jolies rencontres. De plus, le séjour n’a pas toujours été évident pour nous qui voulons voyager en indépendant et avec de petits moyens.                                                Mais malgré ça, Cuba reste Cuba ! Et on espère que ça le restera le plus longtemps possible.

Notre itinéraire

Notre itinéraire

Les petits chiffres :

  • 11 millions de cubains, soit 99,8/km² (contre 117/km² en France)
  • 80% des cubains étaient catholiques, mais après la révolution de 1959, l’athéisme a été inscrit dans la constitution et les pratiquants persécutés. Il faut attendre les années 90 et la chute du bloc soviétique, pour que Fidel Castro assouplisse ses relations avec le Vatican et retire cette inscription de la constitution.
  • Salaire moyen : de 20 à 35 USD/mois
  • Taux alphabétisation : 99,8%
  • Espérance de vie : 79 ans
  • Indice de Développement Humain : 0,815 (soit 44ème sur 188 pays) – 0,893 soit 20ème pour la France
  • Nombre de jours à Barouder à Cuba : 28 jours
  • Notre budget estimé était de 60€/jour pour deux, et nous avons vécu avec 61€/ jour (comprenant les nuits d’hôtel, uniquement en casa particular, les repas dans les cafétérias locales le matin et le midi et petits restos le soir, les transports (location de scooter comprise) et les activités (dont une plongée chacun à Playa Giron).
  • Notre temps dans les transports : 26H de bus, 8H de scooter, 6H de taxi, 3H de train, 1,5H de « camion », 1,5H de calèche et… 2Km à derrière un tracteur !

Ce qu’on a aimé :

  • Explorer La havane, une des plus belles villes de notre voyage.
  • La paisible ville de Matanzas
  • Se balader dans la Vallée de Viñales en scooter
  • Le délicieux jus de mangue frais (et tous les jus en général d’ailleurs)
  • Se balancer sur une rocking chair, sur la terrasse d’une casa particular
  • Les vieux carrelages en ciment des maisons coloniales (Aurore)
  • Faire de la plongée à Playa Giron
  • La vie de balcon à La Havane
  • Écouter de la musique cubaine

Ce qu’on a moins aimé :

  • Les distributeurs qui prennent des taxes à chaque retrait, en plus de celles des banques françaises (3CUC/100CUC).
  • Les non-dits sur les transports. Ils existent, mais pas pour les touristes, alors personne ne nous en parle !
  • Le système de double monnaie, que l’on met du temps à intégrer, et qui crée un écart énorme entre les touristes et les cubains.
  • Les pénuries d’eau et la grande difficulté parfois d’en trouver
  • La plongée hors de prix par rapport au reste du monde…

Nos recommandations :

  • Échanger des CUC en Moneda Nationale pour pouvoir manger pas cher. Sinon, on vous fera toujours un prix « touriste ».
  • Prendre les bus locaux pour se déplacer moins cher dans la Havane, par exemple, le 27 va à Viazul, le 106 va à Casa Blanca. Le seul problème est qu’il n’y a pas horaire, il faut aller a l’arrêt et attendre…
  • Trouver des gens pour partager les taxis
  • Avoir des pastilles de décontamination pour l’eau
  • Notre auberge à La Havane : Casa de Tito y Martha, 714 Calle Damas entre Luz et Acosta. 20 CUC/nuit. Une famille adorable qui vous intègre bien et avec qui il est facile de discuter. La mère fait le meilleur jus de mangue de Cuba et leur fille pourra avec plaisir vous échanger plein de musique cubaine ; )
  • Notre auberge de Matanzas : Casa Alma, calle 83 entre 290 et 292  . 20 CUC/nuit. Superbe maison avec immense terrasse ensoleillée pour glandouiller et une « dueña » super sympa qui vous laisse faire votre vie.
  • Notre auberge de Cienfuegos : Casa de Olga et Eugenio. Calle 50, entre 41 et 43. 20 CUC/nuit. Des hôtes adorables et un super petit déjeuner. Sans oublier leur chienne Lucy qui est trop drôle.
  • Notre auberge de Viñales : Casa de Maxdey y Barbi, 15 Calle Orlando Nodarse. 15 CUC/nuit. La cuisine n’est pas dingue mais la mère et sa fille sont   trop kikis et aux petits soins avec leur invités.

Cuba en Bref

Citation

Les sweedys de retour à La Havane

 

Cuba - La Havane 2 - Panoramique Malécon

Malecon by night

     Après plus de trois semaines de vadrouille, nous revoilà au point de départ pour trois derniers jours dans la capitale.

     Nous y retrouvons nos petites habitudes, les choses que nous avions immédiatement aimé, mais aussi celles qui nous avait bien pris la tête, comme les pénuries d’eau qui nous obligent à parcourir la ville pour ne pas payer le double du prix. Nous avons vite abandonné et fini par boire l’eau du robinet !

Cuba - La Havane 2 - Dernier soir (10)

     L’atmosphère de cette ville nous charme toujours autant et nous  tombons régulièrement sur des rues ou des petites places inexplorées dans la belle Havana Vieja. Notre retour nous permet également de visiter d’autres quartiers, comme celui de Vedado, beaucoup plus calme que les autres, avec ses larges rues bordées d’arbres à l’ambiance un peu plus résidentielle. Nous sommes passés rapidement voir la Plaza de la Revolution, grand lieu de rassemblement politique, notamment  pour les discours de Fidel et Raul Castro. On ne peut pas vraiment dire qu’elle soit de toute beauté, avec ses grands blocs de béton en guise de ministères, mais elle représente le siège du gouvernement cubain.

                     Cuba - La Havane 2 - Plaza de la revolution (9)               Cuba - La Havane 2 - Plaza de la revolution (1)

     Toujours en quête de musique, nous sommes allés au concert de rumba de la Callejon de Hamel qui a lieu tous les dimanches : une rue riche en couleur et en Street art qui vaut le p’tit coup d’oeil. On y a découvert la rumba, que ce soit la musique ou la danse, et ses rythmes afro-cubains.

Cuba - La Havane 2 - Callejon Hamel (9)

Et même les papys s’y mettent !!

    Un petit tour sur le Malecon en soirée nous a permis de voir qu’il était infiniment plus vivant que la journée ! Les familles comme les bandes de potes viennent s’y poser pour boire ou papoter, et de nombreux petits marchands passent avec toutes sortes de choses à grignoter. Nous avons suivi le pli et nous y sommes posés avec une petite bouteille de Havana Club en guise d’apéro. Ce fut l’occasion de discuter avec les cubains et de faire toute sorte de rencontres improbables, comme Bernardo et son fils qui célébrait son 23ème anniversaire, avec qui nous avons partagé le rhum local à 1 CUC dans une brique en carton, qu’ils ont tous l’habitude de boire sec et qui est vraiment horrible ! Il y avait ce soir là un grand concert de salsa gratuit pour célébrer le début des vacances scolaires où nous avons passé le bout de notre nez. Partout les gens se déhanchaient sur la musique, ils ont ça dans le sang et c’est vraiment beau à regarder ! Ce fut une très bonne soirée à la cubaine  😀

   Cuba - La Havane 2 - Soirée Malécon (20) Cuba - La Havane 2 - Soirée Malécon (12)

     Nous avons visité le jour suivant le Museo del Ron, appartenant à la fondation Havana Club. Un musée vraiment intéressant et très bien fait, mais des explications beaucoup trop bâclées du guide et un groupe trop grand (si vous le parlez, ça vaut sûrement le coup d’attendre la visite en espagnol, où il y a certainement moins de monde que celle en anglais).

MMMh !! les belles bouteilles !!

MMMh !! les belles bouteilles !!

     Nous poursuivons les grands classiques cubains, avec la visite de la Fabrique de cigare Partagas où l’on peut voir la centaine de travailleurs rouler ses 150 puros quotidiens. Malheureusement, la visite ne permet de voir que le roulage mais pas le reste des étapes comme le tri, le contrôle qualité, le baguage etc. Chaque employé touche 35 CUC par mois, plus 5 cigares par jour, qu’ils essayent de revendre la plupart du temps aux touristes afin de gonfler un peu leur salaire.

Cuba - La Havane 2 - Fabrique de cigare (7)

     Nous profitons de notre dernière soirée pour boire un ultime mojito ! Mais attention, cette fois nous allons dans le lieu même de sa création en 1942 : le bar cubain typique, la Bogeda del Medio. Vous allez dire qu’on abuse, mais malheureusement, le cocktail était loin d’être délicieux :s Le barman nous l’a fait à l’arrache, et en deux parties, car il s’est pris une petite pause en plein milieu ! A 5$ le mojito, nous étions un peu déçu… Un petit secret : le meilleur mojito que l’on ai trouvé à La Havane se prend dans le restaurant/bar au croisement de la Calle Obispo et de Aguiar . Il coûte 1,50$ !!

         Cuba - La Havane 2 - La bodegita del medio (7)           Cuba - La Havane 2 - La bodegita del medio (5)

     Le grand retour approche à grands pas et on commence à compter les jours qui nous en sépare. Mais nous sommes tout de même prêts pour notre dernière escale bonus ! New York City Baby !!!!

Des Poutouxxxx !!

Des Poutouxxxx !!

Les sweedys de retour à La Havane

Citation

Les sweedys à Viñales

      Pour notre dernière étape, nous changeons totalement de cap : direction Viñales à l’ouest du pays, une petite ville de campagne pleine de charme ! La province se trouve être la meilleure région du monde pour la culture du tabac, ce qui attire de plus en plus de monde.

La Vallée de Viñales

La Vallée de Viñales

      Une fois passée l’épreuve de la descente du bus, où on est assaillis par des dizaines et dizaines de propriétaires de casa particular (la ville compte plus de 700 casas, soit presque toutes les maisons !!), Viñales est une ville paisible, vivant au rythme du balancement des rocking-chairs sous les porches ou encore des travailleurs des champs de tabac qui rentrent chez eux à cheval.

Cuba - Viñales - La ville (16)Cuba - Viñales - La ville (9)Cuba - Viñales - La ville (4)

      Pour visiter la région, nous avons louer un scooter pour trois jours (20 CUC/jr), ce qui nous a permis de sortir un peu des sentiers battus. Dès les premiers kilomètres, nous sommes émerveillés par la vallée (inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco) avec ses dégradés de verts, sa terre rougeâtre et surtout ses falaises de calcaires, recouvertes d’une épaisse végétation, qui rappellent bizarrement les paysages de Rio de Janeiro. Nous partageons les routes avec les cubains à cheval, les charrettes, les vélos… et la petite touche d’originalité cubaine, un homme dans une baignoire tiré par des bœufs !!

Cuba - Viñales - La ville (14)

      Nous allons jusqu’à Puerto Esperanza le premier jour, un petit port de pêche à 25 km de Viñales. Nous y avons mangé notre meilleur poisson de Cuba, après avoir rencontré son pêcheur quelques minutes plus tôt. On ne peut pas faire plus frais ! Une petite pause les pieds dans l’eau au bout de la grande jetée, accompagnés des enfants du village qui n’hésitent pas, eux, à sauter et on repart savourer le paysage !

Cuba - Viñales - Balade Scoot Puerto Esperenza (9)

Petite halte à Puerto Esperanza

      Le jour suivant, nous sommes allés à Pinar del Rio, capitale de la province et berceau de la culture du tabac. Nous avions à peine mis les pieds dans la ville que nous voulions en repartir ! Impossible de trouver un endroit où prendre notre petit-déjeuner (nous avons donc fini assis sur le trottoir avec 3 gâteaux achetés dans une supérette), beaucoup de monde et de circulation, la fabrique de cigares fermée, et surtout… SURTOUT… des rabatteurs dans tous les sens qui viennent nous aborder avec le même « ah vous êtes français ! Bonjour ! J’ai un ami qui a vécu à Lyon/Marseille/Montpellier/Bordeaux… » et sont incroyablement insistants et fatiguants. De quoi nous faire repartir vite fait !

Cuba - Viñales - La ville (7)

     Heureusement, nous étions surtout venus pour visiter la plantation de tabac de la famille Robaina, et nous n’avons pas été déçu! Nous avons eu un guide vraiment génial, qui nous a très simplement expliqué comment se cultive le tabac, malgré qu’on ne soit pas venus à la bonne saison (le tabac pousse d’octobre à février).

 Cuba - Viñales - Plantation de tabac (6) Cuba - Viñales - Plantation de tabac (3)

     La famille Robaina est la seule productrice de tabac indépendante du pays, les autres appartenant toutes à des coopératives d’État. Elle cultive son tabac pour le revendre ensuite au gouvernement (obligatoire) qui fera la transformation finale en cigare et la distribution. Vegas Robaina reste l’unique marque de cigare qui porte le nom de son producteur et dont on certifie la provenance du tabac. Elle se place actuellement en 3ème position mondiale après Cohiba et Montecristo. Nous avons pu finir la visite par une petite dégustation de « classico » 😉

Deuxième dégustation, de retour à la  casa

Deuxième dégustation, de retour à la casa

      Nous avons réservé notre dernier jour à Viñales pour aller à la plage une dernière fois. Après 60 kms (à 35km/h en moyenne il faut le préciser… le scooter n’était pas le meilleur qu’on ait loué ^^), nous arrivons à Cayo Jutías, un îlot entouré de mangrove (gare aux moustiques!!) qui offre une belle petite plage. Malheureusement remplie de structures touristiques et parasols, elle reste néanmoins agréable et très jolie. A peine arrivés, nous sautons dans notre masque, dans l’espoir de pouvoir voir quelques petits poissons ^^ mais rien n’est visible depuis la plage. Tant pis, nous profitons quand même de ces derniers instants de baignade et de soleil, et on ne s’en plaint pas !

La plage de Cayo Jutias

La plage de Cayo Jutias

      La route de retour nous fait passer par Minas de Matahambre, aux paysages vallonnés remplis de pins et aux côtes bien pentues que notre scooter n’a pas bien supporté. « Bon Aurore, faudrait que tu descendes… Ah ba Sympa » !

Poutoux Poutoux !

Poutoux Poutoux !

Les sweedys à Viñales

Citation

Les sweedys à Camagüey

 

Un petit air de Disneyland

Un petit air de Disneyland

    Après la petite Trinidad , nous arrivons à Camagüey, 3ème plus grande ville du pays. Bien que peu visitée, nous nous y sommes rendus pour y fêter le Carnaval ! 😀 Ambiance tambours et chars dans les rues le soir ! Après le défilé sur la rue principale, nous sommes tombés sur une petite fête foraine pour les enfants où une des attractions principales était un bus « Viazul » qui se balance en mode bateau pirate ! La journée, Camagüey est une ville prospère où on peut se promener sur le « boulevard » (rue piétonne) très passant, sans se faire alpaguer et même faire un peu les boutiques (quasiment inexistantes dans les autres villes). Aurore a particulièrement apprécié une des rues dont l’architecture et les couleurs rappellent Disneyland !

Cuba - Camaguey - Carnaval (6)     Cuba - Camaguey - Carnaval (2)

     De nombreuse fois attaquée par les pirates, Camagüey s’est organisée pour se défendre en créant un réseau de ruelles labyrinthique afin d’y perdre ses derniers, au point que le taxi utilise une carte et que nous mettions un bon moment avant de trouver notre auberge (il y aussi que dans tout Cuba les rues ont des noms officiels mais que tous les cubains utilisent les traditionnels… allez comprendre!).

        Cuba - Camaguey - La ville (5)               Cuba - Camaguey - La ville (7)

    Comme d’habitude, nous nous sommes trouvés des petites cafétérias payables en moneda nationale pour nos petits déjeuners et déjeuner, histoire de manger pas cher… mais malheureusement bien gras ! Contrairement au fameux riz/poulet frit dont on avait entendu parler, les cubains mangent énormément de pizzas et autres sandwich bien riches en huile. Et c’est aussi le régime qui nous suivons presque tous les midis! :s Les restaurants plus chers permettent de manger de la viande (souvent poisson, poulet ou porc) avec du riz. Les légumes sont ici quasiment inexistants à part un peu de haricots dans le riz et trois tranches de concombres faisant office de « salade ». Il y a aussi très souvent des pénuries d’aliments dans les restaurants, ce qui peut réduire la carte de moitié ! Nous essayons donc de combler notre déséquilibre alimentaire avec les EXCELLENTS fruits et jus trouvables un peu partout. La mangue en particulier est vraiment exquise !!

La meilleure "dueña" de cafétéria de Camaguey

La meilleure « dueña » de cafétéria de Camaguey

    Pour bien manger, il faut y mettre le prix (surtout quand on est touriste et backpaker), et c’est souvent dans les casas particulares que l’on mange le mieux, avec de la bonne cuisine familliale ! Nous y avons eu le droit à notre arrivée à Playa Santa Lucia, pour célébrer les 26 ans d’Aurore 🙂

Happy Birthday !!

Happy Birthday !!

    Nous avons pris la route de cette petite station balnéaire sur la côte Nord de l’ile, dans la seule idée de plonger encore une fois avant la fin de notre périple. Il s’agit en effet de spots sur la 2ème plus grande barrière de corail du monde, et de la bonne période pour voir des requins bouledogues de 3-4m de long ! Mais les prix ce sont envolés depuis notre Lonely Planet et la plongée coûte 40 USD (le plus cher que nous ayons payer jusque là était 50 USD pour deux plongées, déjeuner et 4h de bateau A/R compris en Australie). Impossible de mettre ce prix là. Nous avons donc écourté notre séjour à Playa Santa Lucia (sa plage principale, bordée de resorts, ne nous enchantait pas non plus).

Le petit village de La Boca

Le petit village de La Boca

    Heureusement, un petit tour en calèche pour Playa Los Cocos l’après-midi, à 9km, nous a redonné le sourire ! Une eau turquoise à température parfaite avec une superbe vue sur le petit village de pêcheurs d’à coté. L’occasion pour Maxime d’essayer désespérément de faire la planche, en vain… lol.

Los Cocos :D

Los Cocos 😀

    Nous pouvions également compter sur Martha et Ernesto pour les sourires, un couple des plus adorables chez qui nous dormions (adresse : Casa Martha Santana, Residencial n°32, Nuevitas, Playa Santa Lucia) Ils nous ont concoctés un délicieux poisson au basilic avec petite salade d’avocat pour l’anniversaire d’Aurore et lui ont même offert un énorme gâteau! 🙂 Tellement bon que nous avons repris exactement la même chose le lendemain.

Muchos POUTOUX !

Muchos POUTOUX !

Les sweedys à Camaguey

Citation

Les sweedys à Trinidad

Cuba - Trinidad - Photo Montage

     Trinidad est peut être la ville à l’ambiance la plus coloniale de Cuba, avec son centre historique aux petites rues pavées et aux maisons très colorées. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1988, ce qui a sûrement permis sa très bonne conservation. Mais c’est aussi La ville touristique par excellence, et on s’en est vite rendu compte par le nombre de rabatteurs qui nous attendait à la sortie du bus. Et même, contre toute attente… nos noms sur un panneau !! C’était en fait le propriétaire de notre casa particular à Cienfuegos qui avait appelé une amie, lui disant nos noms et avec quel bus nous arrivions… Le malaise… Nous l’avons quand même suivi et sommes finalement restés chez elle.

Tout ça pour nous !!!

Tout ça pour nous !!!

     Dès le lendemain de notre arrivée, nous avons loué des vélos (et quels vélos! :s) pour aller jusqu’à la plage Ancón, à 12 kms. La ballade est vraiment chouette (même si le soleil est écrasant) et nous fais passer par le petit village de la Boca, avec la chaine de montagne Sierra del Escambray en toile de fond. Il existe d’ailleurs quantité de randonnées autour de Trinidad, mais après nos deux mois en Bolivie on préfère se concentrer sur le glandouillage de plage 🙂

Fait pas beau hein !!!!

Fait pas beau hein !!!!

      Celle-là est censée être la plus belle de la côte sud. Pas de chance, la journée était vraiment venteuse et Aurore s’est fait piquer par une méduse… De plus, un gros complexe hôtelier gâche un peu la carte postale et tout est aménagé pour les touristes (petit parasol, parking à vélo, bar). Résultat : une plage, certes étendue et sympa pour y passer la journée mais nous avions préféré le charme de Playa Giron.

         Cuba - Trinidad - La ville (3)             Cuba - Trinidad - Plaza Mayor (4)

     Depuis notre arrivée à La Havane, nous avions du mal à trouver des endroits où écouter de la musique live. Et il y a eu Trinidad !! Parsemée de bars ou cabarets, c’est une des villes à la vie nocturne la plus dynamique (pour les touristes nous entendons). Nous sommes donc allés siroter un ou deux mojitos au « Palanque de los Congos Reales » le premier soir, pour écouter les rythmes endiablés de salsa et rumba !

Cuba - Trinidad - Soirée musique (1)

Petit concert de salsa

     Cette soirée fut l’occasion pour Aurore de se découvrir une nouvelle envie, LA SALSA !! Le lendemain, direction cours de salsa pour tout le monde ! Nous avions chacun notre prof pour apprendre les pas avant de danser en couple. A base de 1.2.3 … 5.6.7… La salsa c’est avant tout plein de combinaisons de pas de danse à intégrer, de quoi en emmêler les pinceaux de Maxime 🙂

Cuba - Trinidad - Cours de salsa (12) Cuba - Trinidad - Cours de salsa (2)

     Après cette heure de cours intensif, un petit apéro s’imposait ! Nous nous sommes donc posés sur les marches de la Plaza Mayor, le spot de rassemblement des touristes pour la soirée, pour finir cette belle ville avec musique, rhum et cigare !!

Des poutoux !!

Des Grouuuux Poutoux !!

Les sweedys à Trinidad

Citation

Les sweedys : de Matanzas à Cienfuegos

 

Pas de stress !!

Pas de stress !!

     S’il y a bien une chose que nous avons apprise au cours de cette semaine, c’est qu’à Cuba, il faut vivre au jour le jour! Effectivement, depuis notre départ de la Havane, nous avons rarement dormi le soir à l’endroit où nous avions décidé d’aller le matin !

     Nous partons d’abord direction Matanzas à quelques kilomètres à l’est de la capitale. Tout le monde se demande ce qu’on veut aller y faire et on nous conseille très vivement d’aller plutôt à Varadero (ville voisine), que ce soit touristes ou locaux. Pour nous justifier, nous citerons notre cher et tendre Lonely Planet : « Varadero baigne dans une ambiance rappelant davantage la Floride… L’authenticité cubaine y brille par son absence »… Il n’y a donc pas à tergiverser, ce n’est pas vraiment le genre d’endroit que l’on recherche ! Nous préférons donc tenter Matanzas, ville plus paisible qui a donné naissance à la rumba.

Le train Hershey

Le train Hershey

     Pour s’y rendre, nous choisissons de prendre le seul train électrique de l’île (Hershey Electric Railway, dont la seule ligne est La Havane – Matanzas), après avoir bien vérifié auprès de l’office de tourisme qu’il circule tous les jours (on n’est jamais trop prudent !). Nous découvrons une magnifique petite voiture ! Mais pas de chance, le train ne circule pas sur toute la ligne ce jour là, à causes des intempéries de la veille, et s’arrêtera à 30 kms de notre destination… Nous changeons donc de plan et décidons d’aller à Jibacoa, une petite station balnéaire pour cubains, desservie par notre train. Après 1h30 de retard au départ, deux pannes, des étincelles, et 2h30 de retard à l’arrivée, nous arrivons au milieu de pas grand chose, accompagnés de deux allemandes. Le village est encore à 5 kms, et nous nous faisons gentiment avancer par un cubain et son tracteur sur 2kms : les filles vont dans la cabine, et nous en équilibre à l’arrière !

5 sur le tracteur, Oui, ca passe !!!

5 sur le tracteur, Oui, ca passe !!!

     Nous avons trouvé à nous loger dans le camping « Los Cocos », dans un petit bungalow (19CUC avec petit dej) au milieu de tous les cubains en vacances !

La plage de Jibacoa.

La plage de Jibacoa.

     Au programme : pire petit déjeuner de notre voyage à base de tripes,  snorkeling (malheureusement il n’y avait rien à voir), pique-nique sur la plage, plouf dans une délicieuse mer turquoise, et recherche de comment on allait repartir le lendemain, ce qui nous a quand même pris un temps considérable…! Certaines personnes nous disent qu’un bus local passe à telle heure, une autre personne nous dit qu’il n’existe pas, une autre nous dit qu’il passe à un autre endroit… Bref ! A 7h du matin, nous étions au bord de la route,  prêts à prendre le premier transport qui voudra bien nous prendre.

Les rues calmes de Matanzas

Les rues calmes de Matanzas

     Nous arrivons finalement à Matanzas, une petite ville pleine de charme, avec une place toute jolie et une vingtaine de petits ponts, puisqu’elle est traversée par deux fleuves. Nous trouvons THE casa particular (Hostal Alma, 20 cuc, 4 cuc le p’tit déj’), avec une dame adorable et une énorme terrasse pleine de rocking chair pour se prélasser ! 🙂 Le tour de la ville se fait facilement en une journée et nous décidons pour le lendemain d’aller à la Playa Coral, apparemment réputée pour le snorkeling. Un petit hic, pas de transport pour y aller, nous sommes obligés de prendre un taxi qui nous attendra sur place et nous ramènera. Les fonds marins sont jolis mais pas transcendants, nous retiendrons surtout que les poissons y sont curieux et nous suivaient de près (très près), ce qui a valu à Aurore un petit coup de stress. De retour en ville, nous essayons de trouver un endroit où écouter de la rumba mais sans succès… nous sommes jeudi soir et l’ambiance n’est pas au plus haut :s Petite déception pour une ville qui a donné naissance à tout un genre musical, mais on s’y est quand même senti bien 🙂

      Cuba - Matanzas - La ville (7)            Cuba - Matanzas - La ville (10)

     Comme pour la double monnaie, qui crée une séparation locaux/touristes, le système de transport n’est pas toujours évident ici. Il existe une compagnie de bus exprès pour les touristes, « Viazul », qui dessert les principales villes de Cuba, mais lorsque l’on veut sortir des sentiers battus, ça se complique! Si vous posez la question à un cubain, il vous répondra que vous avez le choix entre Viazul et le taxi. En fait il existe plein d’autres moyens, notamment des bus locaux (« guagua ») ou des « camiones », pour desservir les villes ou des villages plus reculés. Mais ce sont des transports pour les cubains et non pour les touristes, qui sont aussi un peu aléatoires sur les horaires et les arrêts, et on ne vous en parlera jamais… C’est comme ça qu’on a été amené à changer de plan, parce que l’endroit où on voulait aller été soi-disant inatteignable :s

Les Ponts de Matanzas .

Les Ponts de Matanzas .

Nous poursuivons donc notre route en partageant un taxi avec un autre touriste pour Cienfuegos, au sud de l’île. Nous découvrons la ville sur un air de Benni Moré « Cienfuegos es la ciudad, la mas que me gusta a mi », avec ses enfilades de colonne (très pratique pour les orages d’après-midi!), et son agréable malecon. Le soir venu, nous tombons sur un petit concert très sympa au milieu de tous les Cienfuegueños. Au programme pas de musique cubaine, non non non, mais des classiques rock’n’roll des années 70, de TRÈS bons mojitos, et du déhanchage avec les cubains 🙂

  Cuba - Cienfuegos - La ville (16)       Cuba - Cienfuegos - La ville (12)

Cuba - Cienfuegos - La ville (1)

     Nous quittons rapidement la ville pour un petit weekend plage dans la célèbre baie des cochons. Les gros sacs laissés à notre casa particular, nous louons un scooter (20 CUC/jr) et traversons la campagne jusqu’à Playa Giron ! Quel plaisir d’être complètement indépendant 🙂 La destination n’a pas été choisie au hasard… si nous y allons, c’est pour plonger ! La baie est malheureusement connue pour son débarquement de 1961, où des opposants à la révolution cubaine, entrainés par la CIA, tentèrent de renverser le régime de Fidel Castro, opération qui fut un véritable échec. Mais c’est aussi un mur de corail de 300m de hauteur qui s’étire sur toute la longueur la baie, soit des dizaines et des dizaines de spots de plongée et snorkeling !!

   Cuba - Cienfuegos - Arrivée en scooter (2)               Cuba - Playa Giron - Playa los cocos (4)

Cuba - Playa Giron - Punta Perdiz (4)

     Autant nous n’avions pas été complètement émerveillés lors de nos plongées en Australie et au Brésil, autant nous avons ici trouvé un vrai concurrent à l’Indonésie. Une visibilité superbe, de magnifique coraux, pleins de poissons, de belles couleurs… Pfff ! Que du bonheur !

Des Poutoux

Des Poutoux

Les sweedys : de Matanzas à Cienfuegos

Citation

L’arrivée des sweedys à Cuba

Cuba - La Havane - La Forteresse San Carlos (7)

     Notre arrivée à Cuba a été retardée d’une journée, pour cause de surbooking d’un de nos vols et une proposition intéressante. Le personnel de la compagnie cherchait deux personnes « non pressées » qui pourraient partir avec le vol du lendemain, contre une nuit au Sheraton près de l’aéroport, les trois repas et le transport inclus, et un « voucher » de 150 USD chacun. Il se trouve que ce « bon » ne sert à rien puisqu’on ne peut pas l’échanger contre du cash et seulement acheter des billets d’avion avec cette compagnie (Avianca, compagnie Columbienne), mais nous n’avons pas beaucoup hésité pour dire Ok ! Voila comment on s’est retrouvé dans une super chambre à Bogota, à nous faire servir comme des rois dans les restaurants, et à se péter le bidou comme il se doit (ba oui c’est gratuit lol). La note s’élevait quand même à 331 USD à notre départ, on est contents de pas avoir eu à les payer !

La classe !!

La classe !!

     A l’arrivée, la Havane est vraiment comme on l’avait imaginé (ou comme on s’en souvenait, pour Maxime qui est déjà venu il y a une dizaine d’années avec sa famille). Le mélange caraïbes, piraterie, anciens bâtiments coloniaux hauts en couleur, la musique qui sort des fenêtres, des odeurs de cigares par-ci par-là, la petite dame qui descend sa clé accrochée à une ficelle du haut de son balcon pour que sa copine puisse ouvrir la porte, le bruit d’une calèche qui passe ou encore le klaxon d’une vieille Cadillac des années 50 … La magie opère sans grande difficulté!

               Cuba - La Havane - Balade el Prado (19)               Cuba - La Havane - Balade el Prado (16)

     Nous avons dormi dans le beau quartier de la Havana Vieja, dans  deux « casa particular » différentes. C’est ici l’hébergement le moins cher (quoique quand même pas donné :s 20-35 USD) : vous êtes chez des cubains qui louent certaines de leurs chambres, avec souvent possibilité de prendre le petit déjeuner ou autre repas en payant un supplément. On ne peut donc pas être plus près des locaux, et en plus on a le droit à du grand confort puisque le gouvernement surveille de près l’état des maisons.

L'agitation d'Havana vieja.

L’agitation d’Havana vieja.

     Après 5 mois en Amérique du Sud, nous pouvons dire que nous nous débrouillons plutôt bien niveau espagnol, mais qui dit nouveau pays, dit nouvel accent! Et celui des caraïbes    n’est pas des plus simples parce qu’ils avalent beaucoup de sons et n’en prononcent pas certains (les « s » par exemple) : le « despues » se transforme alors en « dèpouè ». Imaginez l’accent créole sur de l’espagnol 🙂 Mais on s’y fait petit à petit, et les cubains ne sont tellement pas habitués à voir des touristes parler espagnol qu’on nous demandent souvent si on est espagnols, quel compliment ! Oui oui, on se la pète un peu 😉

Y a pleins des canons de Pirates !!!!!!

Y a pleins des canons de Pirates !!!!!!

     Même si on est vite tombés sous le charme de la capitale, tout n’est pas rose coté « pratique » puisqu’on s’est très rapidement rendu compte que Cuba n’est PAS une destination à backpakers :s Pour faire simple, le pays dispose depuis quelques années d’une double monnaie : le CUC, qui a la valeur du dollar et est utilisé pour payer des trucs chers (donc pour les cubains riches et le touristes) et la Moneda Nationale, qui vaut 24x moins (1 CUC = 24 MN) et est utilisée par tous les cubains.

Plaza Vieja

Plaza Vieja

Le problème étant qu’en tant que touriste, on vous fera toujours (ou presque) payer en CUC, donc plus cher… Par exemple, une course en taxi de 5 MN pour un cubain, on vous la fera payer 5 CUC ! Résultats : un écart énorme entre la population locale et les touristes, qui ne se côtoient finalement pas. Les écarts de prix entre endroits ou personnes est donc un problème pour nous, petits routards, pour vivre à la fois pour pas cher mais aussi avec les cubains puisque c’est quand même ce qu’on recherche dans tous les pays. Nous avons néanmoins trouvé une solution pour manger pas cher en échangeant quelques CUC en MN et en allant dans les petites cafétérias à emporter de rue le midi, où les prix sont clairement affichés (impossible de retirer pour nous de la MN). Il y a donc deux circuits, le Touriste et le Cubain, et le touriste n’est pas forcement le bienvenue dans celui des cubains …

               Cuba - La Havane - Balade el Prado (23)               Cuba - La Havane - Balade el Prado (22)

     Nous avons passé 3 jours à la Havane, le temps de bien se balader et s’imprégner de l’atmosphère, que ce soit les rues touristiques de la Havana Vieja ou encore celles plus éloignées et malheureusement bien plus pauvres le long du fameux Malecon. Chaque promenade permet de déboucher sur de belles petites places, des architectures complètement différentes mais qui s’associent tellement bien, ou encore des curiosités, comme une réunion de vente de maison sur carton en pleine rue ! Parfois nous perdions un peu (beaucoup) de temps… pour acheter de l’eau à un prix décent (et s’il n’y a pas de pénurie du dimanche :s) ou encore pour trouver un endroit avec internet (rarissime à Cuba). Coté visites, petite déception au musée de la Révolution, assez mal fait, sauf peut-être pour ceux qui sont hyper caler question histoire cubaine, mais enchantement devant les oeuvres cubains du musée de Bellas Artes.

Cuba - La Havane - Musée d'art moderne

     Le dernier jour, nous avons pris le ferry pour aller de l’autre côté de la baie, à Casa Blanca, visiter la forteresse de San Carlos de la Cabaña. Elle empêchait les pirates et les envahisseurs étrangers d’accéder à la ville aux environs du XVIIIème siècle et devint le quartier général du Che après la révolution. Maxime était EN JOIE devant tous les canons, à s’imaginer être un méchant pirate ! (et Aurore désespérée… lol) Depuis le fort, nous avions une belle vue sur la Havane, mais pas le temps de prendre trop de photo, un orage arrive ! Nous sommes restés 40 min sous un petit abri, à attendre que la pluie et les éclairs passent… Depuis notre arrivée, nous avons le droit au même temps tous le jours : le matin, un ciel superbe avec une chaleur écrasante et l’après-midi, un orage avec grosse pluie torrentielle ! C’est ça d’aller à Cuba en juin, saison des ouragans 🙂

Des poutoux !!

Des poutoux !!

L’arrivée des sweedys à Cuba