Archives de Catégorie: Argentine

Citation

Les sweedys à Buenos Aires – Partie 1

 

arg-buenos-a-s1-la-boca-28.jpg

L’amour à la Boca

       Nous arrivons dans la capitale après quinze bonnes heures de bus de nuit, toujours accompagnés de nos deux amis Toto et Justine. Il s’agit d’une longue escale puisque nous comptons y rester deux semaines :  la première avec les copains, et la deuxième… avec les copains ! Notre ami Thibault (qui nous avait déjà rejoint à Bali) nous retrouvera à son tour 🙂

     On s’attendait donc plutôt à une bonne ambiance ! Pourtant la ville ne nous a pas très bien accueilli :s A peine sortis de la gare routière, nous nous faisons asperger nos sacs d’un liquide à mi-chemin entre de la morve et du vomi (et l’odeur qui va avec !). Il s’agit en fait d’un tour plus ou moins connu pour voler les sacs des touristes  : après avoir été aspergés, une petite dame toute kiki vient vous voir et vous propose de vous aider à nettoyer vos sacs… et quand vous les poser, les aspergeurs en profitent pour vous les voler ! Ou bien la petite dame vous fait les poches ! Le quartier de la gare n’est effectivement pas un des plus sûrs, avec des bidonvilles juste derrière les rails. Heureusement, rien de tout ça ne nous est arrivé car Toto et Justine connaissaient le tour et nous ne nous sommes pas arrêtés. Du coup rien de bien grave, mais un p’tit coup de stress quand même, et puis des sacs qui puent sur tout le chemin, jusqu’à ce qu’on puisse les laver !

 

Arg - Buenos A - S1 - La Boca (27)

Allez, faut rigoler !

     Nous avions décider d’aller établir notre campement dans le quartier de Palermo : un quartier vivant où se trouve la majorité des restos et bars. Après deux bonnes heures de marche à chercher la Bonne Auberge, nous avons trouvé la « Buenas Artes », qui n’était finalement pas une bonne auberge :s Dès notre deuxième nuit, on nous avait changés de chambre pour des soucis d’organisation (nos amis étaient partis 3 jours faire les chutes d’Iguazú) et nous avons eu la visite surprise de petites punaises de lit !!! Aaahh! A 23h, rechangement de chambre… dans une chambre double privée au même prix qu’un dortoir (donc plutôt cool) cette fois. Pour en rajouter une petite couche, les salles de bains étaient vraiment dégoutantes, il n’y avait jamais d’eau chaude, et un petit déjeuner plus que limite. Bref vous comprenez que l’on n’a pas vraiment été fan… Et nous avons d’ailleurs changé par la suite.

 

Sur la terrasse, on est bien bien !!

Sur la terrasse, on est bien bien bien !!

    Nous avons profité de notre première après-midi pour aller visiter la Plaza de Mayo, avec la Casa Rosa (lieu de travail de la présidente), et la cathédrale métropolitaine. La place est entourée de zone de police avec des barrières (en cas d’émeute ?!), ce qui en casse un peu la beauté. Nous avons continué par le quartier de San Telmo, avec son petit marché du dimanche et sa musique de rue. On y sent comme un petit air de Montmartre ! Nous tombons finalement sur une place remplie de danseurs de tango, une très bonne surprise ! Des jeunes, des vieux, des bons, des moins bons, il y avait de tout ! C’était une première approche du tango très sympa.

 

Arg - Buenos A - S1 - Le Tango (3)

Une milonga à San Telmo

     Nos amis nous quittent du lundi au jeudi pour faire leur dernière escale aux chutes d’Iguazú avant leur vol de retour : le temps pour nous d’avoir de nouveaux ennuis. Et quels ennuis ! Perte de la carte bleue d’Aurore, avec laquelle on payait tout car elle n’avait aucun frais, et aussi parce que tout notre argent de voyage se trouve sur son compte… Pas de panique, après un an de voyage on arrive mieux à garder son calme face aux incidents (contrairement à la perte de l’appareil photo en Inde qui c’était passé avec stress et énorme crise de larme). La carte ne pouvait être qu’à deux endroits : l’auberge ou la banque. Rien à l’auberge, et pour ce qui était de la banque, elle était déjà fermée et on a appris que le lendemain est férié… Il fallait donc attendre 48h avant de savoir si on faisait opposition ou pas. On ne va pas faire durer le suspens plus longtemps, la carte était effectivement à la banque, nous l’avions laissée dans le distributeur ! Le Soulagement !

 

Arg - Buenos A - S1 - Jardin Botanique (25)     arg - buenos a - s1 - jardin botanique (26)

       Entre temps nous avons essayé de limiter les dépenses avec des ballades dans le micro-centro, dans le quartier de Palermo, le jardin botanique et le zoo. Nous sommes aussi aller échanger de l’argent, ce qui peut être une aventure ! Nous n’en n’avons pas encore parlé mais il existe en Argentine un marché « Bleu » d’échange de monnaie, plus ou moins toléré, avec des taux beaucoup plus intéressants que ceux des banques. Depuis les crises économiques, les règlementations font qu’il est très difficile pour un argentin de se procurer des devises étrangères, même quand il en a besoin pour partir en vacances par exemple. Il est également devenu courant pour eux d’échanger leurs pesos (très instables) en monnaie plus stable comme le dollar et l’euro. Pour les touristes, c’est donc beaucoup plus avantageux d’échanger des euros en utilisant ce réseau (1€ = 13,5 pesos environ en ce moment) que de tirer dans les banques (1€ = 9,80 pesos). Nous n’en avions pas connaissance avant mais nous avons par la suite demandé à nos  amis de nous rapporter quelques euros 😉 Pour les échanger à Buenos Aires, rendez-vous rue Florida, où on entend « cambio cambio cambio », toutes les 30 secs, avec la police parfois à côté ! Nous avions déjà échangé à Mendoza sans aucun problème (échange dans une bijouterie), mais cette fois ci c’était un peu plus bizarre puisque la personne nous emmène dans un immeuble… dans un ascenseur… dans un appart’ fermé à clé… puis dans un bureau avec un gros argentin derrière. Pas très rassurant mais pas de problème pour autant !

 

arg - buenos a - s1 - le zoo (23)      Arg - Buenos A - S1 - Le Zoo (12)

      Nos amis revenus, nous avons fait une petite journée à Tigre, se situant sur le delta du fleuve Paraná, à une heure en train de Buenos Aires. La ville est par conséquent traversée par plein de petits canaux, où il possible de se balader en bateau. Nous avons opté pour celle d’une heure, qui permet d’observer de belles maisons le long des berges. Nous avons ensuite essayé le petit musée du maté, tenu par un  monsieur fort aimable et passionné, mais qui ressemble plus à un musée de la pantoufle (film Nos jours Heureux) qu’autre chose lol.

 

Arg - Buenos A - S1 - Tigre (21)

Venise en argentine 😀

     Pour la soirée, nous avions réservé un spectacle de tango avec notre auberge pour tout le monde : l’attrape touriste par excellence ! Mais faute de gros budget (pour nous) et de temps (pour Toto et Jusine), nous n’avions pas beaucoup d’option. Résumé : 10 minutes à être abasourdis, 30 minutes de fou rire nerveux et 30 minutes de lamentations ! Nous avons eu beaucoup plus de chant que de danse (et autant nous aimons beaucoup le tango, mais le tango chanté façon Charles Aznavour déguisé en Tony Montana…. pas vraiment), les danseurs en faisait des tonnes (acrobatie sur acrobatie, sans aucune émotion), et, plutôt surprenant  au milieu d’un spectacle de tango : un animateur de Club-Med qui vient nous jouer ses chansons avec sa petite flûte indienne et taper dans les mains puis des percussionnistes qui s’essayent au one-man-show ! Et ensuite rebelote, les chanteurs … Bref rien de ce qu’on attendait, mais nous en retiendrons quand même un énorme fou rire !! Le bouquet final étant de payer les boissons dans le noir avec la serveuse qui vous braque sa lampe torche dans les yeux en plein spectacle !

 

Buenos Aires (39)

Beau lieu en tout cas !!

Buenos Aires (53)

Tchin Tchin

     Nous finissons notre semaine à 4 par le quartier de la Boca, avec ses jolies maisons colorées. Une grande partie de ses habitants est issue des immigrants italiens, qui se sont installés autour du port, et ont peint leur maisons avec le reste de peinture de leurs bateaux. En général, tout le monde reste sur la rue principale (calle Caminito), et on nous a d’ailleurs complètement déconseillés d’aller voir en dehors des 2/3 rues touristiques. Le problème est que c’est maintenant un défilé de restaurants, de boutiques de souvenirs et de danseurs de tango qui vous proposent de faire une photo avec eux déguisé en danseur… et qu’on ne sait plus bien si tout ce qu’on voit est faux ou authentique. Malgré tout, on ne peut pas nier que c’est vraiment très joli !

 

Buenos Aires (77)  arg - buenos a - s1 - la boca (11)

       Nous devons maintenant dire au revoir au copain ! On vous remercie encore de nous avoir rejoint, c’était super de vous voir, de se brosser la barbe, de galérer et de découvrir la mouillette ! Des gros bisous à vous deux !

Et pour tous les autres….

 

Des Poutoux !!!!

Des Poutoux !!!!

 

Les sweedys à Buenos Aires – Partie 1

Citation

Les sweedys à Mendoza

 

Arg - Mend - TDV - Sur la route

Journée « montagne »

       Enfin nous y voilà ! Après 1 mois de stop, de thon-maïs, de moments où l’on pue parce qu’il n’y a pas de douche et de camping pas cher, nous voilà à Mendoza pour retrouver les copains Toto et Jusine. Pour leur vacance, ils avaient prévu 3 semaines en Argentine et nous rejoignent pour la deuxième moitié : Mendoza et Buenos Aires. Pou Pou Pou Pou Pou !!!!!! 😀

      On arrive donc vite à Mendoza de Neuquen pour préparer leur arrivée : prendre les clefs de l’auberge et aller les chercher à l’aéroport. Après un an, les retrouvailles font du bien ! Potins, projets, boulots, délires…, on se remet tous à la page de nos petites vies respectives 😀

 

Arg - Mend - JDM - La soirée (6)

OUIIIIIIII !!!

       Nous nous étions réservés un dortoir de 4 dans une auberge du centre ville : un endroit très sympa et accueillant, avec un grand jardin où se poser et un monsieur qui fait des crêpes à la dulce de leche ou des omelettes sur commande le matin !  (Auberge Punto Urbano, 130 pesos la nuit en dortoir avec p’tit déj).

      Dans tout ce bonheur d’amitié, nous décidons, pour notre première journée, de louer une voiture pour aller à la montagne. Direction l’Aconcagua, à 4h de Mendoza, le plus haut sommet d’Amérique , culminant à 6960m. Alors non, nous n’allons pas le grimper, mais la route 7 (reliant Mendoza à Santiago de Chile) est très jolie et permet de nombreux stops (ce qui n’est pas possible en bus).

 

arg - mend - tdv - fish eye (4)     Arg - Mend - TDV - Fish eye (3)

       Après une demi-heure à jouer sur d’anciennes rails entourées de magnifiques montagnes, (Alias les Aristochats), nous faisons un stop au Puente del Inca, une formation géologique jaunâtre/rougeâtre faisant un pont au dessus du Rio Mendoza. Elle fut crée par l’accumulation de dépôts des eaux thermo-minérales riches en soufre. « Les Incas, qui avaient constaté l’accumulation des dépôts sur les rives, ont détourné les eaux thermales vers une arche plus fragile qui existait déjà, pour la renforcer ». Nous allons ensuite randonner pendant deux petites heures, avec l’Aconcagua en toile de fond, beaucoup de vent et bien sûr le sirotage du délicieux maté-pamplemousse. Ne t’en fait pas Thibault, tu y auras aussi le droit !!! (Thibault aime le pamplemousse !!).

 

Arg - Mend - TDV - La voiture (9)     Arg - Mend - TDV - Terere (2)

Arg - Mend - TDV - Les Chevaux (8)     Arg - Mend - TDV - Puente del inca (5)

       Le lendemain, nous nous offrons une journée « sport et détente » réservée dans une agence pour 420 pesos/pers. Nous avons passé presque toute la journée dans les thermes de Cacheuta à alterner bassins d’eau chaude et bassins d’eau moins chaude ^^ Petite déception quand même de ne pas avoir pu essayer les « bubble bed », des Jacuzzis-lits très prisés où il n’y avait jamais de place.

 

Les thermes de Cacheuta

Les thermes de Cacheuta

      Puis, tyrolienne (avouons quand même que la tyrolienne partait des thermes ; on a donc dû passer en baudrier et autre casque devant les mamas en maillots en train de buller et commencer la descente autour de 50 personnes qui nous mitraillaient de photos). Et enfin, pour le sport, le rafting en fin d’après-midi dans le Rio Mendoza. Il était très (Très) tranquille mais ils ont compensé en nous faisant passer une descente sympa, à base de chute et rechute dans l’eau gelée !

 

Arg - Mend - JDS - Rafting (3) Arg - Mend - JDS - Rafting (2)

       La région de Mendoza (et la ville du même nom) est réputée pour la qualité de son vin. Notre avant dernier jour était donc celui consacré à la visite des bodegas (vignobles) de Maipu. Il y a alors le choix entre les faire en voiture (mais le conducteur ne peut pas faire les dégustations), en tour organisé (mais avec tous les autres touristes) ou à vélo (notre choix). Malheureusement, faute d’organisation, de bonnes informations et de chance, nous avons  galérer (le mot est faible) et visiter une seule bodega ! L’office du tourisme nous avait dit d’y aller en train, ce que nous avons fait. Seulement le seul endroit pour louer des vélos dans les environs était fermé pour une semaine…et nous étions carrément loin de la plupart des bodegas (nous avons appris par la suite que les bus 171, 172 ou 173 depuis Mendoza nous emmènent pile à une location de vélo au centre de 5/6 bodegas…). Après 2 heure à zoner sous le soleil dans Maipu, nous avons donc pris un bus, loué nos vélos et sommes allés vers un des plus importants vignobles. Arrivés là-bas, on nous explique que les visites ne sont plus possible car il y a un évènement dans l’après-midi… génial ! Nous avons donc fait une dégustation d’huile d’olive à côté (à essayer une fois dans sa vie lol) puis avons rouler rouler jusqu’à une autre bodega, où la visite avait déjà commencé… Pas grave! On a tellement galéré, on y va quand même ! Et c’était chouette, même si ça l’aurait encore plus été de reproduire l’expérience 2 ou 3 fois dans la journée.

 

Arg - Men - JDM - Le Vignoble (6)

Salud !

      Nous rentrons à l’auberge, avec un bon asado qui nous attend au menu 😀  Nous en profitons pour faire goûter à Toto et Justine le succulent fernet/coca tant prisé des argentins, mais comme nous avions acheté le bas de gamme (à 3€ la bouteille d’1 litre à 40° forcément !!!) ce ne fut pas un franc succès ^^.

 

Arg - Mend - JDM - La soirée (5)

Soirée à l’auberge

      Nous n’avons finalement pas eu assez de temps pour vraiment visiter le centre ville, entre nos autres activités, les petits moments de retrouvailles et de galère : trouver une voiture, réserver le rafting, faire les courses (1h passée dans Carrefour à chaque fois à cause de la queue…), échanger nos sous etc.

Notre séjour à Mendoza se termine au bout de cinq bons jours par un petit bus de nuit direction Buenos Aires !

 

Des Poutitoux !!!!

Des Poutitoux !!!!

Les sweedys à Mendoza

Citation

    Les sweedys en direction du nord

 

arg - bariloche - la ville (1)

Bariloche

      Après nos quelques jours à El Bolson, nous faisons du stop jusqu’à Bariloche : la grande ville de la région des lacs. Nous n’y passons que deux jours, le temps de goûter un bon asado de rue, du chocolat (c’est sa spécialité) et de nous équiper en matériel à maté : thermos, bombilla et maté (récipient).

 

Arg - Bariloche - Asado de rue (1)

Petit asado de rue très prisé !

       Après gros débat et hésitations sur la matière, la forme, couleur et blablabla, nous achetons un maté en bois à l’intérieur et métal à l’extérieur. Il faut donc le curer avant de l’utiliser. Il existe de nombreuses manières de le faire et nous avons demandé conseils à à peu près tous nos amis argentins ! La recette finale est : 3 jours avec l’intérieur recouvert de beurre, on nettoie bien et une nuit rempli de yerba (herbe) et d’eau. C’est prêt 🙂 Nous faisons également le petit musée de la Patagonie, moyennement intéressant… mais divertissant pour Maxime devant les grimaces d’Aurore (il y a des animaux empaillés partout).

 

Arg - Bariloche - Le Musée (1)   arg - le maté (1)

       Nous partons ensuite pour la petite ville toute kiki mais un peu chère de San Martin de los Andes, bordée par le lac Lacar et de magnifique paysages. Elle nous permet d’accéder à un nouveau parc national où nous allons camper deux nuits : le parc national Lanin. S’y trouve le volcan du même nom, avec son sommet enneigé culminant à 3747m. Nous campons dans un camping au bord du lac Huechulafquen (Piedra Mala, 45 pesos/pers + 15 pesos la douche), au milieu des oies, chiens et chèvres des propriétaires et dans un cadre incroyable !

 

Dans le parc national Lanin

Dans le parc national Lanin

      Il est possible de grimper le volcan mais il faut compter deux jours, un guide et du coup, un peu d’argent. Pour les autres, une rando de 7/8h permet d’accéder au pied du volcan. Mais il faut pour cela s’enregistrer auprès des gardes du parc avant 11h (ils vérifient que vous avez de bonnes chaussures, de l’eau, de la nourriture et de la crème solaire) et c’est là que tout se complique ^^. En effet, nous n’avions pas de carte et avons demandé à la madame du camping où il fallait aller s’enregistrer : elle nous a dit à 30 minutes. Sauf qu’en fait c’était en voiture et non à pied… du coup nous avons galérer à trouver et sommes arrivés à midi… donc pas de volcan ! 😦 Nous nous consolons sur le chemin par la découverte de menthe fraiche pour se faire un bon p’tit thé le soir quand il fait froid dans la tente ! (Comme tout le monde boit du maté partout, il est très facile d’obtenir de l’eau chaude, la plupart du temps gratuitement). Marcher dans ce parc est un pur bonheur ❤ nous aurions bien aimé y rester un petit peu mais nous avons déjà pris notre billet de retour.

 

Arg - Parque Lanin - Les Paysages (30)     arg - parque lanin - les paysages (24)

       Nous atterrissons alors à Junin de los Andes, plus petite que San Martin, et capitale nationale de la truite ! Un vrai régal ! Comme le parc Lanin, la ville est très calme et relaxante, nous y chargerons les batteries avant de refaire du stop et de continuer à monter vers Mendoza (où des copains français nous attendent 5 jours plus tard !!). Nous y faisons nos dernières nuit de camping, toujours dans le froid, à tel point qu’Aurore retombe malade (eh oui… Encore !). Nous arrivons enfin à remettre notre budget à zéro, après un mois d’économies pour rattraper les grosses dépenses des premiers jours.

      Escale suivante : Neuquen, où le couple argentin qui nous avait conduit jusqu’à El Bolson va nous héberger deux nuits. Nous attendons deux bonnes heures avant d’être pris en stop par deux amis argentins  complètement déjantés et très sympas : Maxi et Manu. Arrivés à Neuquen, Manu nous invite chez lui car ses parents sont en vacances et il a une piscine ! Bon, elle était un peu verte donc on ne s’est pas baigné mais ils nous ont offert l’apéro et nous ont ensuite amené jusqu’à l’adresse de nos amis. Une incroyable générosité qu’on n’est pas prêt d’oublier !

 

Au fleuve Limay

Au fleuve Limay

      Nous étions vraiment contents de retrouver Ian et Marianela ! Ils nous ont en plus concoctés un super programme pour nos 2 jours ensemble. La région de Neuquen est une grande productrice de pommes et il s’y produit tous les ans une « fiesta de la manzana » avec un festival de musique de 4 jours. Ian et Marianela nous ont emmené là-bas le premier soir car un des groupes préférés de Ian jouait. Pas de chance, nous avons mis presque 3h à faire les 43 kms qui nous séparait du concert et n’avons pu voir que deux chansons du groupe en question :s

      Nous passons l’après midi du lendemain au bord du fleuve Limay où nous faisons un petit plouf, malgré sa couleur marron lol Nos amis nous avaient préparés un petit pique-nique tout mignon pour l’occasion! Ils nous ont également fait goûter un maté froid qui se prend dans un pamplemousse : une révélation 🙂 dont le principe vient du Paraguay (le terere).

 

Arg - Neuquen - La riviere (10)     arg - neuquen - la riviere (8)

 

       Nous poursuivons la journée par un repas et une soirée avec leurs voisins. Au menu, tacos mexicain ! Une soirée très sympa où tout le monde a aidé à la préparation, et où on s’est senti très bien intégré. Juste une petite baisse de compréhension d’espagnol à partir de 3h du mat’, mais bon, on ne peut pas trop nous en vouloir 🙂

 

Soirée entre voisins

Soirée entre voisins

       Le lendemain, à notre tour de leur concocter un petit repas : nous ressortons la carte crêpe ! Très appréciées, surtout le dessert pomme chaude – dulce de leche… Miam !

      Nous sommes bien tristes de les quitter le dimanche soir pour prendre notre bus de nuit. Une jolie amitié s’est créée et nous attendons avec impatience qu’ils passent à leur tour par chez nous.

 

Des Gros Poutoux !! Des gros Poutoux !!

Des Gros Poutoux !! Des gros Poutoux !!

Les sweedys en direction du Nord

Citation

Les sweedys dans la région des lacs

 

Marché artisanal d'el Bolson

Marché artisanal d’el Bolson

     Après vingt petites heures de bus, nous arrivons à Esquel, marquant notre arrivée dans la région dite des lacs. Petite ville se trouvant entre la cordillère des andes et la steppe désertique de Patagonie, et bordée par le parc national Los Alerces. On s’y fait encore une petite frayeur en ne parvenant pas à retirer d’argent :s Il y a deux sortes de réseaux banquiers en Argentine : les « links » et les « banelco », et pour on ne sait quelle raison, nos Visas ne sont acceptées que dans certains distributeurs « banelco ». Autant vous dire que c’est le gros jackpot lorsqu’on en trouve un!

     Nous décidons, après deux semaines de dures négociations de Maxime, d’acheter une tente pour faire de nouvelles économies et continuer de voyager un peu différemment (petite pensée pour Guillaume et Flore qui ont participé au débat ^^). Nous en trouvons une à 890 pesos soit environ 90€, un beau bébé de presque 3 kg, avec une inscription « Top camping » sur le côté 😉

 

Arg - Parque los A - La tente (2)

Notre nouvelle maison !

      Notre nouveau toit sur le dos, nous décidons d’aller traverser le parc national de Los Alerces pour nous rendre jusqu’à la prochaine ville : El Bolson. Le parc fait une cinquantaine de kms de long et est célèbre pour sa grande forêt d’alerces, un arbre en voie d’extinction, qui est l’un des plus haut et vieux de la planète. Nous n’en verrons malheureusement pas car il faut prendre un bateau (payant) pour atteindre la fôret. Notre première idée était de traverser le parc en marchant avec nos sacs à dos une quinzaine de kms par jour et de camper le soir (déjà bien ambitieux lol). Mais en jetant un coup d’oeil à des blogs, nous apprenons que le chemin que l’on voit sur la carte est en fait une route de sable sans véritable intérêt niveau paysage où les voitures passent en nous balançant de la poussière, qui monte et descend, monte et descend… Nous changeons donc de plan : nous ferons du stop, poserons les sacs dans un camping et randonnerons sur les petits sentiers plus intéressants.

       Nous allons faire une réserve d’empanadas (sorte de petit feuilleté farci à la viande, légumes, fromage… très répandu en Argentine et très bon marché), de pain, de boite de mais et de thons (que nous ne pourrons plus regarder en face pendant quelques semaines par la suite lol) et prenons le bus pour le parc (45 pesos seulement). Arrivés à la porte sud, il nous faudra payer le droit d’entrée (80 pesos). Direction le bureau d’information qui nous donne deux cartes complètement pourries (enfin c’est notre avis ^^), et c’est parti !

 

Arg - Parque los A - Le feu

Oui, un peu de chaleuuuur !

      Nous dormons les deux premières nuits dans des campings dits « libres », c’est à dire sans installation ni service. Le premier « Las Rocas » avait quand même des toilettes, mais pour le deuxième « El Frances », il a fallu aller au petit ruisseau pour recharger en eau. Nous y avons retrouvé trois français rencontrés à Esquel avec qui nous avons fait un petit feu : oui parce que la journée la température avoisine les 30 degrés mais la nuit on se les caille !! Pour la troisième nuit, nous nous payons un camping « organisé » où nous savourons bien la douche chaude et l’herbe au sol (parce que la terre et les cailloux sans matelas… c’est pas le top ^^).

 

arg - parque los a - sur la route (7)    arg - parque los a - sur la route (5)

      Côté autostop, nous avons réussi plus ou moins rapidement selon les jours, avec comme principal inconvénient toute la poussière qu’on se prend à chaque passage de voiture ! Merci à ceux qui ce sont arrêtés 🙂 comme Mathias, qui arrose la route avec son camion tout l’été, ou Veronica et Gabriel, le couple de prof en vacances trop sympas ! Comme c’était parfois long et fatiguant d’avancer à l’étape suivante, nous n’avons quasiment pas marché dans le parc mais nous sommes plutôt relaxés dans les camping, toujours placés au bord de l’eau (nous n’avons réussi qu’à y mettre les pieds :s). Les paysages sont jolis, avec les montagnes vertes et les lacs, mais nous ne les trouvons pas exceptionnels, surtout après El Chalten.

 

Yann et Marianella

Yann et Marianella

    Le quatrième jour, nous planifions de dormir une dernière nuit dans un camping libre avant de quitter le parc. Nous sommes pris en stop par Yann et Marianella, un jeune couple d’argentin avec qui nous nous entendons vite très bien. Si bien qu’à papoter et papoter, nous dépassons notre camping et sortons carrément du parc national sans s’en rendre compte ! Oups ! « Nous on va à El Bolson, mais avant on passe voir un autre lac et on va faire un labyrinthe, on vous laisse là ou vous venez avec nous ? » « On vient avec vous!! ». Et voilà comment nous avons passé toute la journée avec ce petit couple trop sympa ! Le genre d’inattendu comme on les aime ! 🙂

     Nous avons donc suivi le planning de leur journée, jusqu’au Lago Epuyen pour le déjeuner, à base d’empanadas et de gâteaux trempés dans la dulce de leche (confiture de lait, mmmmmh un régal, à en devenir accro)  puis au labyrinthe d’el Hojo, pour finir autour d’une bonne bière à El Bolson !

 

Salud !

Salud !

     La région est effectivement une très grande  productrice de houblon et il est possible de goûter des bières artisanales un peu partout. Elle est aussi réputée pour ses fraises et ses framboises, ce qui permet un petit combo « bière à la framboise » tout à fait au goût d’Aurore 🙂

     Des petits marchés artisanaux sont organisés trois fois par semaine autour de la place centrale, l’occasion de se balader et de manger pour pas grand chose. Le soir, des petits spectacles de rue parsèment la ville, connue pour être une ville de hippies : clown, acrobates, musique.. Il y en a pour tout le monde ! Une ville pleine de vie, même si parfois un peu trop babtoue pour nous ^^.

 

Arg - El Bolson - La bonne cerveza (2)

Bière artisanale et choripan !

     Nous passons nos deux premières nuits dans un camping à 5 min du centre. Et après trois nuits à avoir eu plus que froid, nous sortons pour la première fois… la couverture de survie ! Elle est sur presque toutes les listes de tourdumondistes, mais quand est-ce qu’on s’en sert ? Et bien quand on a froid ! Et nous avons passé une bien meilleure nuit 🙂 Enfin bien meilleure seulement du point de vue de la température, parce que nous étions tous les deux malades :s Après réflexion, ce n’était pas une bonne idée de boire dans la bouteille de nos auto-stoppeurs qui avait l’air d’avoir été remplie dans un lac… C’est parti pour deux jours à squatter les toilettes du camping…

 

Paysage de la rando de la cabeza del Indio

Paysage de la rando de la cabeza del Indio

    Nous déménageons ensuite dans une auberge de jeunesse (Momo’s), tenue par le seul hippie stressé de la ville! Après explication de toutes les nombreuses règles à notre arrivée, il est même venu nous réveiller un matin pour savoir si on restait une nuit de plus ! What ? ^^ Problème d’eau, wifi marchant une fois sur deux, bref, vous avez compris, on ne vous la recommande pas vivement si vous voulez un endroit chaleureux.

 

arg - el bolson - la ville    Arg - El Bolson - La cabeza del indio

       El Bolson est aussi le point de départ de nombreuses randonnées. Nous avons fait celle de la Cabeza del Indio, où vous payez 15 pesos chacun pour voir un visage dans la roche. « Cabeza » d’accord, mais « del Indio » on ne voit pas trop ! Mais la petite marche de moins de 2h nous fait découvrir une magnifique vallée, avec vue sur le lac Puelo. Nous continuons jusqu’à une cascade (chemin de sable moins sympa), où nous n’irons finalement pas car encore payant. Mais nous nous sommes arrêtés sur la route dans une ferme faisant de la bière artisanale qui valait bien le trajet. La petite famille, qui était en train de manger, nous a même offert des choripans (sorte de hotdog dont la saucisse est cuite dans un asado). Nous finissons la journée par une bonne glace de chez « Jauja » : glacier devant lequel il y a toujours vingt minutes de queue. Les argentins sont réputés pour leur crèmes glacées, dont la recette a été apportée par les italiens. Effectivement, c’est délicieux !

 

Poutoux Poutoux !!

Poutoux Poutoux !!

Les sweedys dans la région des lacs