Citation

Le (deuxième) retour des sweedys !

 

      Nous y voilà ! Le Grand Retour ! Nous avons bien pris notre temps, et nous en excusons, mais voici enfin le moment de remonter un peu le temps et de vous donner quelques petites nouvelles de ce qu’il s’est passé depuis 6 mois que nous sommes rentrés 🙂

 

2018-07 - Amsterdam - WBC (27)

Au world barista championship 🙂

     Revenus fin avril dernier, nous avons tout d’abord pris un peu de temps pour aller voir et profiter de nos familles. C’est la raison principale qui nous a fait revenir de l’autre bout du monde, nous avons donc rechargé un peu les batteries ! Même si nous avions fait un aller/retour express pour un mariage 10 mois plus tôt, nous n’avions pas eu le temps de voir tout le monde. Et puis 10 mois ça commence à faire quand même !

 

 

2018-02 - Mel J4 - Dans l'avion (5)

Bah voila !

     Pour nous accompagner, nous avions dégoté une magnifique petite Twingo rouge du nom de « Tuk-tuk », à qui nous avons mis 4000 kms et qui nous a lâchés sur un bord d’autoroute un mois plus tard… Échec !

     Tout en vadrouillant dans la France, nous ne perdions pas de vue notre objectif principal : trouver une nouvelle ville où s’installer ; le monde et la vie à 2000km/h de la région parisienne nous tentant guère. Devenus des pros de l’organisation, nous avions un magnifique tableau comparatif à remplir pour nous aider : y a-t-il des salles d’escalades ? Possibilité de se déplacer en longboard ? Y a-t-il la clientèle potentielle pour un café ? De la concurrence ? Nos amis/famille à proximité ?

 

2018-08 - Rennes - (18)

Art de rennes

     Bref ! Une décision vraiment pas évidente, d’autant plus qu’il ne fallait pas trainer car nous vivions sur nos économies (et le RSA que nous avons pu obtenir ! Merci la France ;)). Après de longs moments de doutes et d’hésitations, nous décidons d’aller nous expatrier chez les bretons, et de nous installer à Rennes !

     Ceci conclu, nous enchainons tout de suite les recherches d’appartements et trouvons notre bonheur au bout de 4 jours seulement ! Débrouille quand tu nous tiens 😉 Il faut ensuite réunir toutes nos affaires semées aux 4 coins du pays depuis 4 ans, pour ensuite se débarrasser de la moitié tellement on croule sous les choses !           

     Bien soulagés d’en avoir fini avec cette lourde tâche, nous partons pour Amsterdam quelques jours, afin d’y retrouver notre Cidou (rencontré en Nouvelle-Zélande) et d’être bénévole aux championnats mondiaux de barista. Une petit pause café qui fait du bien car nous avions arrêté de travailler depuis presque 6 mois et les machines commençaient à nous faire de l’œil. Pendant 4 jours nous faisons nos geeks et rencontrons plein de professionnels du milieu : des très connus, des moins connus, des copains français et des wellingtoniens !! Tout ça en essayant de profiter de cette magnifique ville sur notre temps libre.

 

2018-07 - Amsterdam - WBC (17)

Coffeeeeeeeeeeee !!!!

 

      Nous revenons en terre bretonne début juillet, avec une nouvelle tâche (et pas des moindres) : trouver du travail !

      N’ayant pas encore les fonds nécessaires à la création de notre projet de café, nous devons retourner dans nos anciennes branches pour un petit moment. Est-ce que ça nous enchante ? Pas vraiment (lol) mais quand faut y aller faut y aller !

 

2018-08 - Rennes - (4)

Et puis la plage est pas si loin de Rennes 🙂

     Aurore a pu retrouver assez rapidement un travail d’infirmière au CHU de Rennes, ce qui était assez encourageant. Néanmoins, la capitale bretonne est connue pour être un peu bouchée dans le milieu paramédical, et il est quasiment impossible de décrocher un CDI. Il faut donc vivre au jour le jour avec des contrats d’un mois qui sont renouvelés (ou pas) en fonction des besoins et des plannings connus au dernier moment. L’avantage est qu’Aurore à pu reprendre doucement sa pratique en aller d’abord un mois en  service de gériatrie (ce qu’elle faisait avant de partir), puis mettre la barre un peu (beaucoup) plus haut avec un mois aux urgences et un mois en chirurgie orthopédique. Elle commence maintenant au service de remplacement court de l’hôpital et change de service tous les jours, vive l’adaptabilité !

      Maxime de son côté, a essayé tant bien que mal de trouver du travail dans le bâtiment même si : cela ne le fait absolument pas rêver, que ses anciennes expériences comme conducteur de travaux ne ce sont pas toujours bien finies et qu’en plein été, il n’y avait pas grand monde aux ressources humaines. La galère quoi ! De quoi le convaincre de commencer à chercher doucement dans la restauration et particulièrement dans les quelques cafés qui existent sur Rennes. Et bingo ! Il vient de dégoter un boulot dans un café/bar et commence cette semaine. Si ce n’est sûrement que transitoire, cela lui permettra de remettre les pieds dans le monde du travail français.

 

2018-07 - Montigny - Mariage Paul et Anais (12)

Les copains !!

 

     Bon, tout ça parait tout beau tout rose, et c’est vrai que nous avons plutôt de la chance, mais, on ne vas pas se (vous) mentir, nous avons aussi eu le droit aux coups de blues et aux doutes du retour en France !

     On savait bien que la réintégration serait difficile et nous n’y coupons pas. Entre nostalgie du voyage, nostalgie de Wellington et retrouvailles avec le monde du travail et la mentalité française, nous nous sentons parfois enfermés et avons l’impression d’avoir perdu cette liberté qui nous était si chère. Nous ne sommes plus les mêmes personnes qu’il y a quatre ans et avons du mal à concilier la vie française avec nos nouvelles valeurs et notre nouveau rythme. Il nous arrive parfois (même très souvent) de penser à repartir, mais ce serait perdre de vue nos nouveaux projets. Et quels projets ! Il y a d’abord l’ouverture de notre coffee shop que l’on a déjà évoqué plusieurs fois, et puis il y a le « petit nous », le « petit Sweedy » qui est en train de grandir dans le ventre d’Aurore (Wouaaaaaaaaw !!!), dont nous vous révélons l’arrivée avec une immense joie ! ❤ Il devrait pointer le bout de son petit nez en début de mars prochain, et, pour lui, nous devons apprendre à laisser du temps au temps ! Nous ne donnerons néanmoins aucune garantie sur l’absence de grandes escapades en sa compagnie dans le futur 🙂

 

2018-08 - Rennes - Des poutoux (10)

3 sweedys.

      Voilà un aperçu, très succinct bien sûr, de nos derniers mois, car si nous voulions vous donner quelques nouvelles, nous voulions aussi profiter de ce dernier article (et oui…) pour vous remercier de tous nos petits cœurs !

     Nous avons pris teeeeellement de plaisir à tenir ce blog, et nous espérons que vous avez eu le même à le lire ! Cela nous a aussi permis de maintenir une petite rigueur « de travail » pendant le voyage, afin que vous ayez toujours des nouvelles fraiches de ce qu’il nous arrive, et aussi une bonne excuse pour prendre des « day off » au milieu des vacances quand on était trop à la bourre ! Cela nous a pas mal fait passer le temps lors de longs trajets, où il fallait écrire et trier les photos et parfois même forcer à prendre ces mêmes photos : « olala mais on n’a pas de photos de poutoux pour le prochain article !! ». Cela nous a valu de gentilles petites réflexions familiales de rappel à l’ordre de temps en temps « ba alors ? On attend les nouvelles là ! » et aussi de pouvoir toujours retrouver une information pour répondre à un voyageur rencontré en route.

20180914_202415 (2)

A la maison !

 

     Bref ! Nous avons adoré partager avec vous nos journées, nos expériences et astuces de voyage et recevoir vos commentaires, toujours bienveillants, en espérant que cela aura pu servir à certains, vous donner envie de vous lancer ou au moins vous faire voyager un peu avec nous depuis votre canapé ! Et puis, on ne va pas se le cacher, cela nous fait aussi de beaux souvenirs dans lesquels il fait bon se perdre de temps en temps 😉

     Comme d’habitude, on vous fait de GROS POUTOUX, nous vous souhaitons plein de bonheur, de belles choses et beaux projets à venir. Et surtout, de les réaliser ! Et pourquoi pas ?

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le (deuxième) retour des sweedys !

Citation

Le Sri Lanka en Bref

 

      Dernière étape de notre périple, le Sri Lanka nous a permis de boucler la boucle de notre voyage que nous avions commencé en Inde en 2014. C’est dans l’avion, juste avant d’atterrir à Negombo que nous est venus l’idée de parcourir le pays en tuk-tuk, histoire de marquer le coup et de faire quelque chose de nouveau. Et le pays, de par sa petite taille, s’y prête à merveille ! On y traverse des paysages sublimes et très diverses, des plages de sable doré aux montagnes du centre, des plantations de thé à la savane des parcs nationaux : chacun peut s’y retrouver. Cela permet aussi de varier un peu les climats et de prendre un peu d’altitude lorsque la chaleur devient trop écrasante en bord de mer. Nous avons adoré retrouver une cuisine épicée ainsi que la culture bouddhiste presque omniprésente sur l’île. Notre seule mauvaise surprise fut la sous-estimation de notre budget, déjà car nous n’avions pas initialement prévu de louer un tuk-tuk, mais aussi car nous étions en période de nouvel an et donc de vacances, avec des prix qui flambent. Cela nous a terni quelques journées mais nous avons fini pour trouver le bon rythme et la bonne organisation. Deux semaines sur place passent assez vite mais permettent néanmoins de voir pas mal de choses : c’est un bon compromis !

 

Carte Sri Lanka

 

Les petits chiffres :

  • 22 millions de sri lankais, soit 326/km² (contre 99/km² en France)
  • Les sri-lankais sont à 70% bouddhistes, 15% hindouistes, 7,5% musulmans et 7,5% chrétiens.
  • Salaire moyen : 221€/mois
  • Taux d’alphabétisation : 91%
  • Espérance de vie : 74,5 ans
  • Indice de Développement Humain : 0,766 (soit 73ème sur 196) – 0,897 soir 23ème pour la France.
  • Nombre de jours à barouder au Sri Lanka : 16 jours

Le Budget :

  • Taux de change utilisé : 1€ = 190 Rp
  • Notre budget était initialement de 32€/jour pour deux, mais nous l’avons vite augmenté à 39€/jour, n’ayant pas prévu que la location du tuk-tuk pèse autant dans notre budget. Nous avons finalement vécu pour 41,20€/jour pour deux. Pour ce budget, nous avons dormi dans les guesthouses les moins chères (1300-2500 Rp soit 6,5-13€ par nuit pour deux), mangé dans des petits restaurants locaux (nous sautions même parfois le petit-déjeuner) et conduit notre tuk-tuk en moyenne 75 km/jour. Il comprend également les activités (quelques visites dans le triangle culturel, des plantations de thé, un safari à Uda Walawe).
  • Si vous voulez louer un tuk-tuk et profiter un peu plus des activités qu’offre le pays, nous pensons que 45€/jour est un budget plus confortable 🙂

Le Tuk-tuk :

  • Prix : 10€/jour, possiblement négociable 😉 Rajouter 50€ pour l’assurance tous risques ainsi que 100€ de caution, rendue au retour. Pour ce qui est de l’essence, le plein était d’environ 750 Rp soit 4€ lors de notre séjour.
  • Les pour : la liberté de temps et de mouvement (aller où on veut et quand on le veut), le gain de temps (pas besoin de chercher et négocier les transports), le délire de conduire un tuk-tuk et la petite impression d’être dans une auto-tamponneuse (à ne pas prendre à la lettre bien sûr), avoir un contact spécial avec les autres conducteurs de tuk-tuks (faire partie de la fraternité des tuk-tuks).
  • Les contre : la circulation (conduite très stressante et dangereuse à beaucoup d’endroits : nécessite d’avoir déjà conduit en Asie), le manque de contact avec les locaux que l’on a habituellement dans les transports en commun, d’être limité à 40 km/h (prévoir du temps et de petites distances), le prix qui n’est pas compatible avec un budget de backpacker.
  • Avec qui ? L’agence Alma Tour à Negeombo, 217 Lewis Place.
  • Distance parcourue ? 1200 km !

Ce qu’on a aimé :

  • Observer des éléphants sauvages à Uda Walawe National Park.
  • La petite ville d’Haputale dans les montagnes et les plantations de thé.
  • La spiritualité de l’ile : principalement dans le triangle culturel mais aussi dans le reste du pays.
  • La cuisine locale bien relevée, avec en N°1 le Kotu pour Maxime et le Rice and Curry pour Aurore.
  • La passionnante visite de la plantation de thé bio « Amba Estate ».
  • Monter l’Adam’s Peak avec tous les pèlerins et y voir le lever du soleil.
  • Les nombreuses et parfois secrètes plages de sable doré le long de la côte Sud.
  • Passer du temps avec une énorme tortue verte en snorkeling à Polhena Beach.

Ce qu’on a moins aimé :

  • La ville de Kandy
  • Donner 3000 Rp à des policiers corrompus
  • Le prix de toutes les visites/activités comparées au coût de la vie locale

Nos recommandations :

  • Attention sur la route, la police est présente partout et fait régulièrement des contrôles. Toujours avoir son permis international sur soi.
  • A Weligama : Island Spirit avec une famille adorable, à 50m de la plage, avec des chambres propres (1500 Rp négocié).
  • A Haputale : Leisure Mount View, un hôtel avec une vue imprenable sur les plantations de thé et de magnifiques chambres. Le service y est impeccable (2500 Rp négocié pour une chambre au rez-de-chaussée)
  • La plantation Amba Estate pour le thé : Ambadandegama, Ella.

 

 

Le Sri Lanka en Bref

Citation

Les sweedys sur les plages du sud

 

2018-04 - Weligama - Pêche (26)

      La diversité de paysages du Sri Lanka nous emmène à présent sur ses magnifiques plages de sable doré.

      Nous posons d’abord nos sacs dans le village de Weligama, ancien village de pêcheurs devenu un spot de surf réputé. Au programme ? Ne rien faire ! On a beau être en vacances, nous mettons quasiment tous les jours un réveil et nos journées sont relativement bien chargées (non pas qu’on soit à plaindre bien-sûr ^^). Nous passons donc une journée entière sur la plage, à ne rien faire 🙂 Les vagues ici sont gigantesques, et l’eau est à température de rêve, parfait pour jouer dans les rouleaux et tenter le body-surf !

 

2018-04 - Weligama - Pêche (21)

Voila.

      Nous nous dégotons une super guesthouse à quelques mètres de la plage que nous recommandons fortement : Island Spirit. C’est le père qui gère les réservations mais ses enfants, et en particulier le petit dernier sont aux petits soins pour les clients et sont déjà prêts à prendre le relais. Une adorable petite famille avec laquelle on serait bien resté plus longtemps pour apprendre à la connaître.

 

2018-04 - Weligama - Plage de Weligama (1)

Chill out !

      Nous nous réveillons aux aurores le lendemain  pour tenter d’aller trouver des pêcheurs sur échasse. Il s’agit d’une tradition pratiquée sur la côte Sud du pays, principalement entre Galle et Weligama. Les pêcheurs se perchent plusieurs heures sur des poteaux en bois à quelques mètres du bord, en tendant une ligne avec un crocher. Nous avons malheureusement lu a plusieurs reprises que cette tradition se perd petit à petit depuis que les pêcheurs sont devenus, malgré eux, une attraction prisée des touristes. Ils demandent maintenant de payer pour prendre des photos et il existerait même de « faux » pêcheurs.

 

2018-04 - Weligama - Pêche (14)

Les perches de pêche.

      Nous décidons malgré tout d’essayer d’en voir et parcourons la côte avec notre tuk-tuk. Nous finissons par trouver des échasses, mais pas de pêcheurs dessus! Mauvais timing ou disparition des pêcheurs ? Nous ne le saurons pas ! Nous ne rentrons pas bredouille pour autant, de nombreux bateaux de pêche sont de sortie et d’autres chassent le poisson depuis les pontons avec du simple fil. Le lever de soleil sur la mer est sublime ! Plus loin, les marchés voient leurs premiers arrivages et on commence à négocier le prix de son poisson.

 

2018-04 - Weligama - Pêche (23)

Prises du jour.

      Puis direction Polhena, une toute petite plage prisée des locaux d’où on peut observer des tortues vertes en snokeling. Arrivés sur place tout le monde veut nous louer des palmes à tout prix ! D’autres nous proposent leur service de guide. Un guide pour du snorkeling depuis la plage ?! On devrait s’en sortir tout seul ^^. Nous nous mettons à l’eau une première, puis une seconde fois mais rien ! La visibilité est extrêmement réduite et le courant très fort. Nous finissons par croiser un couple de touriste qui sort de l’eau et nous indique un endroit où ils ont vu deux tortues : à l’extrémité droite de la plage lorsque vous êtes face a la mer. On aurait peut être été plus vite avec un guide finalement !

 

2018-04 - Weligama - Plage au tortues (6)

Crème solaire à gogo !!

      Nous retournons donc dans l’eau une dernière fois. Et là, on la voit ! On pourrait presque la confondre avec un rocher tellement la visibilité est faible mais c’est bien une énorme tortue verte, à quelques dizaines de centimètre de nous ! Nous la suivons pendant presque dix minutes, ce qui n’a pas l’air de la déranger. Elle mange, remonte respirer en nous montrant sa petite tête à la surface et se rapproche même à quelques centimètre du masque de Maxime.  C’est complètement magique !

 

2018-04 - Weligama - Plage au tortues (1)

 

      Le temps d’une douche, de quelques échanges de cricket dans la rue avec les enfants et d’un au revoir à notre petite famille, nous voilà déjà repartit !

 

2018-04 - Weligama - Cricket (3)

Maxime n’a pas encore bien compris les règles.

      Sur la route, la corruption frappe une deuxième fois en force… Certes nous avons dépassé sur une ligne continue (ok ! mais qui suit le code de la route ici ?), mais l’amende pour ce genre d’infraction est normalement de 500 Rp. On nous en demande 2000… ! Et comme la première fois, nous ne recevons aucun papier et les 2000 Rp vont directement dans la poche de l’officier. Nous ne pouvons malheureusement rien faire. Nous serons arrêter une troisième fois sur le chemin de Negombo, cette fois sans raison valable car nous avons doublé sur une zone pointillée mais face à un agent « non corrompu », qui nous donne l’amende papier. Il faut alors aller la payer a la poste puis aller récupérer son permis au commissariat. Nous finissons par comprendre que le simple fait d’être dans un tuk-tuk est pénalisant car la limite de vitesse est à 40 km/h, ce qui implique que l’on n’est pas sensé doubler qui que ce soit. Si en plus nous sommes touristes c’est encore pire !

 

2018-04 - Weligama - Pêche (24)

Tornado interdit de circulation.

      La dernière étape de notre voyage sri-lankais (et voyage tout court d’ailleurs) est la ville de Galle, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Il s’agit d’une ancienne ville coloniale fortifiée, dont le charme nous rappelle quelque peu les villes cubaines.

 

2018-04 - Galle - Ville (26)

Les rues de Galle.

      La presqu’île est d’abord occupée par les portugais au 16ème siècle, qui en font le principal port du pays. Elle atteint le sommet de son développement avec l’arrivée des hollandais 17ème siècle qui batissent l’énorme fort qu’on observe aujourd’hui : c’était alors un des nœuds d’échange les plus importants entre l’Asie et l’Europe. Les anglais, eux, développèrent le port de Colombo, au détriment de Galle durant leur domination.

 

2018-04 - Weligama - Pêche (26)

Quelques gallois … 

      La balade autour du fort est bien agréable et paisible. C’est également un beau spot pour observer le coucher du soleil (après une bière et des chips) avec les autres amoureux. Le contraste est tout de même impressionnant lorsque l’on passe les premiers murs pour se retrouver du côté nouvelle ville, où l’on retrouve la circulation et le bruit : le doux bordel comme on l’aime !

 

2018-04 - Galle - Ville (6)

Et on a chaud !

       Nous y avons passé notre dernière soirée de voyage, non pas sans émotion et avec une petite larme versée pour Aurore (le petit cancer sensible) : nous tournons la page de quatre années extraordinaires et inoubliables de vadrouille autour du monde pour en ouvrir une nouvelle, pleine de nouveaux projets et en France !

 

2018-04 - Galle - Ville (12)

Des poutoux !!!!!!

Les sweedys sur les plages du sud

Citation

Les sweedys de Haputale à Uda Walawe

 

2018-04 - Udawalawe - Safari (53)

 

     Haputale est une petite ville qui ne paye pas de mine mais dont les alentours sont sublimes. Nous trouvons d’ailleurs une super guesthouse (Leisure Mount View) avec une grande baie vitrée et une vue imprenable sur les plantations de thé et la vallée. En plus nos hôtes sont adorables, que demander de mieux !

 

2018-04 - Haputale - Balade vers Lipton seat (1)

Vallée du thé à Haputale.

     Haputale est également l’endroit que l’écossais Sir Thomas Lipton a choisi au 19ème siècle pour débuter ses affaires dans le thé, il y acheta des plantations et y créa une usine la « Dambatenne Tea Factory », menant à l’énorme entreprise que nous connaissons tous ! Un site très visité, à 15 km du centre, est le « Lipton’s seat » (100 Rp/pers), lieu où Mr Lipton aimait profiter de son thé matinal. Il y a d’ailleurs une petite statue à son effigie avec laquelle tout le monde se prend en photo. Allez, nous aussi on veut une photo avec Thomas 😉

 

2018-04 - Weligama - Lipton Seat (6)

Say Cheeeese !

     La vue à 360 degrés depuis le sommet est très appréciable, mais nous n’avions pas le meilleur temps pour en profiter. Nous gardons presque un meilleur souvenir de la montée et de la descente en tuk-tuk, qui nous a pourtant pris un temps fou ! En effet, le chemin est minuscule (de quoi faire passer deux tuk-tuks max) mais de gros bus et 4×4 s’y aventurent coûte que coûte, créant d’énorme bouchons tous les 500m. Tout le monde descend alors des véhicules pour gérer le flux au mieux, mais quand 15 personnes s’y mettent, ce n’est pas d’une grande efficacité. A chaque fois, un petit convoi de tuk-tuk se met en place pour se suivre et traverser les bouchons. Nous sommes inclus dans les groupes et donc super fiers : ouiii des copains tuk-tuk !

 

2018-04 - Weligama - Lipton Seat (7)

La superbe vue depuis le Lipton seat. 

     Il est possible de rejoindre la Dambatenne Factory à pied depuis le point de vue (5km), mais comme nous avions notre Tornado, il nous aurait fallu faire l’aller/retour.. et il faut bien avouer que nos jambes souffrent encore des marches d’Adam’s Peak la veille.. Nous rejoignons donc l’usine en trois roues. Nous croisons sur la route des cueilleuses allant faire peser leur sac plein de feuilles pour la matinée. Elles ramassent en moyenne 7kg de pousses de thé , juste pour le matin. Maxime en profite pour aller faire quelques photos avec leur accord et plaisante comme il sait le faire avec ses nouvelles copines !

 

2018-04 - Haputale - Balade vers Lipton seat (3)

La récolte du thé, 7kg par sac.

     La visite de la fabrique fut plutôt une déception. Les machines n’étaient encore pas en marche (toujours les vacances), mais nous pouvions faire la visite avec un guide pour 300Rp/pers. La visite fut encore une fois très brève, avec un guide complètement désintéressé donnant des explications bâclées et sans aucune dégustation. Nous en sommes ressortis plus embrouillés qu’autre chose. Comme vous le savez sûrement déjà, nous sommes passionnés de café (vraiment ?) et nous voulions vraiment profiter de ce voyage au Sri Lanka pour en apprendre plus sur son ami le thé. D’ailleurs, pour la petite anecdote, il se trouve que le pays était en premier lieu un producteur de café ! Mais toutes les productions ont été ravagées par des maladies (qui ce sont vite répandues avec la petite taille de l’ile) et les anglais ont alors commencé à planter du thé 🙂 Voilà, ça c’est dit… ! Nous avions donc un million de questions très précises à poser mais personne pour y répondre pour le moment 😦

 

2018-04 - Haputale - Amba tea plantation (12)

Silence, ça sèche.

     Mais nous ne comptions pas en rester là, et décidons de partir à la recherche de Amba Estate, une plantation de thé bio près de Ella dès le lendemain ! Nous allons manger, comme quasiment à chaque repas, à New Spice Hotel, un petit restaurant local dans le centre, qui ne paye pas de mine mais est délicieux ! Il est toujours plein, et nous sommes toujours très bien accueillis, malgré qu’ils soient tous débordés. Là bas pas de chichi, ce n’est pas parce qu’on est touristes que l’on ne nous sert pas des plats pimentés comme tout le monde ! C’est Ze place pour apprendre à manger bien épicé !

 

2018-04 - Haputale - Amba tea plantation (7)

Il y a aussi la cannelle du Sri Lanka.

     Après un petit déj’ chez eux à base de coconut rotis, nous partons pour notre nouvelle plantation de thé ! Comme Aurore est la pire copilote du monde… et qu’elle ne sait même pas indiquer le chemin avec le Gps devant les yeux… ce qui agace fortement Maxime.. Nous mettons un peu plus de temps que prévu, avec quelques demi-tours surprises par-ci par-là.

 

2018-04 - Haputale - Amba tea plantation (17)

Dégustation de thé.

     Finalement arrivés à destination, nous attendons la visite guidée qui a lieu à 11h, avec une excellente tasse de thé noir. La visite (qui dure entre 1h et 1h30) est gratuite et une dégustation est possible à la fin pour 500 Rp/pers.

     Voilà enfin LA visite du séjour ! Notre guide, ancien étudiant en anthropologie reconverti, est un passionné et nous explique tout tout tout ! Nous faisons d’abord un tour dans les plantations, pour ensuite aller voir les travailleuses, faisant toutes les étapes à la main ! Toutes nos questions trouvent enfin leur réponses, on est aux anges !

 

2018-04 - Haputale - Amba tea plantation (14)

Ici la machine qui roule le thé après cueillette.

     Nous apprenons notamment qu’au 18ème siècle, le Sri Lanka était le premier producteur et exportateur de thé au monde. Aujourd’hui ils sont 4ème, après Chine/Inde/Kenya car plus personne ne veut travailler dans les plantations. Pas étonnant lorsqu’on sait que chaque cueilleuse récolte 20kg de thé pendant 8H, pour 5 dollars par jour. Amba Estate estime que l’une des réponses à ce problème de main d’œuvre est le marché du bio, où l’on favorise la qualité à la quantité et où on respecte le bien être et les droits des travailleuses. Ici, les cueilleuses ne récoltent que 3kg de thé au total sur une journée. Ils ont la certification Bio depuis 2010 et partagent 10% des profits avec les travailleurs. Leurs thés sont gustativement excellents et nous recommandons la visite à toute personne s’intéressant de près ou de loin au thé. Nous avons d’ailleurs pris les contacts de leur responsable marketing, au cas où on en aurait besoin pour notre projet de café 😉

 

2018-04 - Haputale - Amba tea plantation (10)

l’empaquetage de thé blanc.

     Nous quittons Haputale et ses environs, pour laquelle nous avons eu un p’tit coup de cœur, et partons pour Uda Walawe, afin de faire un safari !

 

2018-04 - Udawalawe - Safari (3)

L’heure de pointe.

     Si l’île est petite, elle est couverte de parcs nationaux et il y a de quoi faire si on veut observer la faune. Nous choississons Uda Walawe principalement car c’est sur notre route, mais aussi parce qu’on y voit presque systématiquement des éléphants (au moins on ne repartira pas bredouille) ! Le plus simple et le plus commun est d’organiser la safari avec votre guesthouse sur place. Nous avions réservé la notre sur internet la veille car nous allions arrivés assez tard dans la soirée.. Encore une fois nous ne sommes pas agréablement surpris par l’endroit : booking.com et nous c’est fini ! Nous préférons largement voir les endroits avant de dire oui. Quoiqu’il en soit, dès notre arrivée nous organisons le safari du lendemain avec notre hôte. Nous aimerions nous rattacher à un groupe déjà formé car les jeeps sont prévues pour 6 personnes et on ne veut pas être tout seul dans la notre.  Cela revient également moins cher donc d’autant plus intéressant ! Il nous répond d’emblée que ce n’est pas possible. Nous ne cherchons pas plus loin mais avec le recul on se dit que « la prochaine fois », on fera le tour des autres hôtels nous même pour nous trouver un groupe !

 

2018-04 - Udawalawe - Safari (11)

 

     Levés à 5h pour être au parc au plus tôt (les moments les plus propices pour voir des animaux sont l’aube et la fin d’apres-midi), quelle mauvaise surprise n’avons-nous pas à notre arrivée en voyant que la moitié des jeeps ne contiennent que deux personnes… Nous allons prendre notre ticket (7000 Rp pour deux + les 4000 Rp à payer au chauffeur pour 3h de tour) et remontons en voiture pour se mettre dans la file des vingts autres voitures devant et derrière nous… Pendant la première demi-heure, les jeeps se sont suivis à la queue leu-leu, faisant un bruit indescriptible avec tous leurs moteurs qui crachaient de la fumée et entrainant des bouchons…. Pratique pour observer des animaux sauvages non ? Nous nous regardions tous les uns les autres avec gêne face à cette situation ridicule, personne ne profitait vraiment et on commençait vraiment à regretter d’avoir fait ce safari.

 

2018-04 - Udawalawe - Safari (45)

 

      Heureusement (et oui quand même), après cette première demi-heure épouvantable, les jeeps ont réussi à se séparer (car finalement, le parc est assez grand) et nous avons pu profiter de pas mal de moments tout seul. Il n’a pas fallu longtemps avant que l’on croise un gros groupe d’éléphantes avec leurs petits ❤ Nous en avons vu énormément pendant tout le safari, parfois de très près et parfois très intimement comme au bord de la rivière où l’on d’entre eux « jouait » avec l’eau.

 

2018-04 - Udawalawe - Safari (31)

   Il faut dire que le parc est quand même très beau et que sa végétation nous transporte tout droit en Afrique. C’est exactement ce qu’on imagine quand on entend le mot safari. On y a observé de nombreux oiseaux, mais aussi des buffles, des crocodiles, des lézards, des singes (dont nos petits macaques à toque qui ont la coupe de cheveux de Frère Toque haha) et des cerfs tachetés. Quelques léopards sont apparemment présents dans le parc mais il est très rare d’en apercevoir. Il nous a juste manqué un guide pouvant nous en dire un peu plus sur tous ces animaux car notre chauffeur (qui était supposé jouer aussi le rôle de guide) ne parlait pas bien anglais du tout.

 

2018-04 - Udawalawe - Safari (24)

 

     Nous sommes très contents de l’avoir fait, même si le démarrage fut chaotique et on espère qu’ils changeront un jour leur système de transport à l’intérieur du parc, que ce soit pour l’environnement ou le bien être des animaux. Nous partons à présent en direction des plages du Sud pour nos derniers jours !

 

2018-04 - Udawalawe - Safari (32)

Des Poutoux.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les sweedys de Haputale à Uda Walawe

Citation

Les sweedys dans les montagnes du centre

 

2018-04 - Nuwara Ellia - La déprime (4)

     Nous voilà sur la route pour Kandy, plus au centre du pays, afin de se rapprocher progressivement de la région des plantations de thé.

     Sur le chemin, nous faisons un arrêt dans un jardin d’épices. La personne qui nous accueille nous annonce que le tour guidé du jardin, avec un petit massage à l’huile faite maison est gratuit. On comprend bien qu’un pourboire sera attendu mais pas de problème ! On ne va pas cracher sur un p’tit massage 😉

 

2018-04 - Kandy - Herbal massage (1)

Massage massage !

    Le guide, qui parle français, nous balade à travers le jardin et s’arrête devant de nombreux arbres/arbustes pour nous donner des informations sur celui-ci, ses fruits ou épices et ses utilités thérapeutiques. S’en suivent un délicieux thé aux épices, puis un massage des épaules, fait par deux étudiants. L’ensemble de la visite était fort intéressant, mais la fin en mode petit traquenard nous a bien déplu car il faut enfaite payer le guide et les masseurs séparément , et ils te font bien comprendre que tu ne donnes pas assez en te faisant la conversion en euro : ce qui est très désagréable pour quelque chose annoncé comme gratuit. La visite se termine par la boutique, où la porte est refermée derrière nous, avec trois personnes qui nous mettent la pression du regard pour acheter. Un avis donc plutôt en demi-mesure pour cette petite visite !

 

2018-04 - Nuwara Ellia - Pedro tea plantation (3)

La plantation de thé de Pedro Estate.

     Plus on avance, plus le temps s’adoucit avec l’altitude et plus la circulation devient bordélique ! Y aurait-il un lien ?! Par contre, les trois roues sont toujours autant « pimpés »,  et les stickers de Jack Sparrow sont toujours bien présents alors ça nous rassure ! Même si Maxime est devenu un king du tuk-tuk, conduire dans l’équivalent du périphérique parisien à 18h reste un exercice de taille.

 

2018-04 - Kandy - Sur la route (10)

Pimp my Tuk-tuk.

     Pour une fois, nous avions réservé une guesthouse via internet car nous arrivions en plein weekend de nouvel an et avions peur de galérer à trouver une chambre. Notre choix s’arrête sur Hostel Mount View. Si la chambre était « ok », l’hôte était particulièrement envahissant, à toujours vouloir nous vendre des excursions, savoir où on allait, ce qu’on avait fait blablabla… A tel point que l’on croisait les doigts pour ne pas le rencontrer  quand on rentrait ou sortait !

      Kandy est une des plus grandes villes du pays, elle en fut d’ailleurs la capitale à partir de 1592, et ce jusqu’à ce qu’elle soit soumise par les britanniques en 1815. Elle a été construite autour d’un lac artificiel , ce qui fait une sympathique balade et on y trouve de jolis bâtiments de style colonial. Mais elle reste néanmoins une ville bruyante avec beaucoup de circulation.

 

2018-04 - Kandy - Le temple (1)

Le temple de la dent.

     Parmi les attractions phares : le temple de la dent. Des pèlerins viennent de toute l’Asie pour s’y recueillir car il contient une relique de Bouddha : une de ses dents, retrouvée suite a sa crémation. Si nous n’y sommes pas entrés, faute de budget, nous avons passé pas mal de temps devant la porte principale , à capter toute l’ambiance qui l’entoure, avec ses pèlerins (dédicace à la famille Pèlerin pour le nombre de fois que l’on écrit ce mot ^^) qui viennent de tous le pays et les chants qui sortent du monument.

 

2018-04 - Kandy - Le temple (6)

Le mélange de religion.

     Nous ne nous attarderons cependant pas plus sur la ville car notre séjour n’a pas été des plus agréables. Entre notre hôte oppressant, le temps pourri et toutes les activités qui étaient trop chères pour notre budget (qu’il a fallu revoir à la hausse), nous n’avons pas fait grand-chose et n’avons pas senti la bonne vibe en général. Ça arrive ! Et nous savons maintenant avec l’expérience qu’il vaut mieux ne pas forcer et changer d’endroit rapidement, c’est donc ce que nous faisons !

     Nous mettons le cap pour Nuwara Elyia, une petite ville à 1900 m d’altitude, réputée pour ses plantations de thé et son climat plus frais que le reste du pays.

 

2018-04 - Nuwara Ellia - Pedro tea plantation (2)

La feuille de thé, Camellia Sinensis.

      Un petit détour sur la route nous permet d’aller voir un temple un peu particulier : le Lankatilake temple, qui contient une partie bouddhiste et une partie hindouiste. Le chemin jusqu’à lui nous fait passer par de petites routes et villages, où tout le monde sourit à la vue des deux blancs dans leur tuk-tuk 🙂 Un petit monsieur (trop kiki) joue le rôle de guide à notre arrivée et nous fait découvrir le temple hindou, dont l‘entrée est difficile à trouver seul. Le lieu est assez émouvant et plein de vie, nous commençons bien notre  journée !

 

2018-04 - Kandy - Temple boudo hindu (9)

Lankatilake temple.

     La route jusqu’à Nuwara Eliya offre de fabuleux panoramas sur les plantations de thé et c’est un plaisir d’y rouler. Plusieurs arrêts « cascade » sont également possible. De magnifiques étals de légumes bordent la route et nous donnent complètement l’eau à la bouche !

     Nous nous arrêtons pour une première visite de fabrique de thé, assez énormissime, appelée Damro (anciennement Mackwood Labookellie). Les visites, de 10 à 15 min sont très concises mais gratuites, avec un thé offert à la fin. Cela nous permet d’avoir un premier aperçu des différentes machines utilisées (même si elles ne sont pas en marche) et du processus de fabrication du thé, de la plante à la tasse, à compléter par la suite avec d’autres visites.

 

2018-04 - Nuwara Ellia - Damro Tea (9)

Tea time ^^

      Arrivés à Nuwara Eliya, une petite surprise nous attend : ce sont les vacances scolaires et il se trouve que la ville est une destination très prisées des locaux. Résultat ? Les prix sont complètement indécents !! Des chambres à 4000-5000 Rp la nuit (nous payons habituellement 1500 Rp maximum), alors qu’elles n’ont rien d’exceptionnel. Après avoir fait 6-7 endroits sans succès, nous commençons à nous sentir piégés dans cette ville où on risque de se ruiner. Et tout le monde nous dit que ce sera pareil dans la toute région, il n’y donc pas trop d’intérêt à refaire des kilomètres. Nous finissons par trouver Fairy HOSTEL, et son adorable propriétaire où nous négocions une chambre pour 2500€, ce qui est toujours bien au-delà de notre budget mais mieux que rien. On nous installe dans une chambre au sous-sol, humide, froide et qui sent le choux, avec un lit fait de palette et pas de moustiquaire… Le rêve ! On comprendra plus tard que cette chambre n’est pas habituellement louer aux touristes mais que Ajid, le propriétaire tenait vraiment à nous dépanner.

 

2018-04 - Nuwara Ellia - Pedro tea plantation (6)

Les différents graduations du thé.

      Nous avons donc un p’tit moment de déprime, qui s’amplifie d’autant plus lorsqu’on décide de faire un tour de la ville, qu’il se met à pleuvoir en mode grosse averse, que l’on rentre sans avoir rien vu et qu’arrivés à la chambre, il y a des fuites d’eau partout… Nous sommes au bout du rouleauuuu !

 

2018-04 - Nuwara Ellia - La déprime (1)

La LOOOOOSE !!!

     Après une plus ou moins bonne nuit de sommeil, nous retrouvons notre optimisme (oui ça suffit les pleurnicheries !!) et partons pour une deuxième plantation de thé : Pedro Tea Estate. Malheureusement l’usine est fermée pendant encore 2 jours (vacance du nouvel an) et il n’y a pas de cueilleuses en action dans les plantations, du coup on décide de ne pas faire la visite payante (car nous verrions la même chose que la veille) et préférons déguster deux thés noirs d’intensités différentes, avant de se promener dans les plantations.

 

2018-04 - Nuwara Ellia - Park (6)

Family portrait.

 

       Nous profitons de l’après midi pour flâner  quelques heures dans l’agréable parc Victoria, où toutes les familles en vacances viennent se détendre, pique-niquer, jouer au criquet ou faire des selfies ! 🙂 Nous nous couchons très tôt (19h) pour se lever très tôt (12h30) et aller faire l’Adam’s Peak !

     Adam’s peak, ou Sri Pra est un site sacré qui abrite une trace de pas à son sommet. Selon sa croyance religieuse, chacun l’interprète différemment : pour les bouddhistes il s’agirait du pas de Bouddha, pour les hindous ce serait celui de Vishnu, pour les musulmans le premier pas d’Adam lorsqu’il arriva sur terre ou encore Saint-Thomas pour les chrétiens. Il y en a donc pour tout le monde !

 

2018-04 - Nuwara Ellia - Adam's Peak (11)

C’est que ça grimpe !

     Il faut compter 2h15 pour faire les 70 kms en tuk-tuk. Si la première partie de la route est niquel, la deuxième est complètement tape-cul ! Nous débutons l’ascension des ?? marches à 3h30. Le chemin sur la montagne est visible au loin, éclairé par quelques lumières avec un sublime ciel étoilé en toile de fond. Le lieu regorge de sri-lankais venus faire le pèlerinage mais, contre toute attente, ils sont déjà tous en train de descendre ! Il nous faut donc slalomer entre tout le monde : les mamies qui peuvent à peine marcher, parfois soutenues de leur fils ou petits fils, les parents avec leurs enfants endormis dans les bras ou les bandes de potes qui font des parties en courant. Durant toute l’ascension, des stands et restaurants vendent de quoi s’hydrater ou grignoter.

 

2018-04 - Nuwara Ellia - Adam's Peak (3)

Wouaaaah !!

      La dernière demi heure, où l’escalier est plus étroit, se fait à la queue leu-leu. Il faut donc faire preuve de patience car attention, les mamies n’aiment pas qu’on les double et ne se laissent pas faire ! A 5h30, nous sortons du rang et trouvons un spot en grimpant sur la falaise pour le lever du soleil qui commence. L’instant est magique ! Les couleurs qui changent chaque minute, la brume qui prend place entre les collines et les lacs que l’on voit apparaître progressivement … ❤

 

2018-04 - Nuwara Ellia - Adam's Peak (9)

Belle vue non ?

       Nous voulons ensuite poursuivre pour atteindre le sommet mais il y a énormément de monde et ça n’avance absolument pas, à tel point que les locaux s’asseoient par terre les uns après les autres. Apparemment des grilles seraient ouvertes et fermée en haut pour gérer le flux. Des touristes qui descendent nous préviennent qu’on en a encore pour 1h30 de montée avec les bouchons. Ayant encore 2h de route pour rentrer, nous décidons de commencer la descente. Dommage pourtant, on le voyait le sommet !

       Si la montée demande plus de physique et d’endurance (mais rien insurmontable hin ! Ici les personnes âgées le font encore), c’est le retour qui est le plus douloureux ! Aie Aie Aie les genoux ! Nous finissons par le faire en sautillant les marches en 1h30, et nos gambettes vont s’en souvenir pendant plusieurs jours !

 

2018-04 - Nuwara Ellia - Damro Tea Nous (3)

Des poutoux !!!

Les sweedys dans les montagnes du centre

Citation

Les sweedys arrivent au Sri Lanka

 

PANO

 

     Nous laissons la Nouvelle-Zélande, l’Australie, l’Indonésie et le Vietnam derrière nous et arrivons à la dernière destination de notre voyage de retour : le Sri Lanka. De retour dans cette partie du monde, nous avons comme l’impression de boucler la boucle de notre voyage, commencé en Inde il y a 4 ans (nostalgie quand tu nous tiens).

 

2018-04 - Anuradhapura - Toranado (6)

El Tornado !

     Nous arrivons dans la petite ville de Negombo, pratique car proche de l’aéroport, pour organiser notre séjour. Par souci d’optimisation du temps (car nous n’avons « que » deux semaines) et de faire quelque chose d’un peu différent pour notre dernière étape, nous décidons de louer un tuk-tuk pour faire le tour du pays ! Wouhouuu ! Cela nous économisera une énergie folle car nous n’aurons pas à négocier le moindre transport (enfin juste le prix du tuk-tuk) et nous serons complètement liiiiibres.

 

2018-04 - Anuradhapura - Sri Maha Bodhi (6)

Et oui, encore des mamies ^^

     Si nous n’étions pas sûrs que ce soit faisable, il s’avère que louer un tuk tuk à Negombo est devenu quelque chose de très populaire et donc de plutôt facile. Nous passons par l’agence Alma Tour, dont nous mettrons les détails de prix dans notre article « Le Sri Lanka en Bref ». Après une petite demi-heure de cours de conduite pour Maxime réussi avec brio, nous nous retrouvons en possession d’un magnifique tuk-tuk rouge, que nous surnommons Tornado ! C’est parti mon kiki !

 

2018-04 - Anuradhapura - Toranado (4)

Au commande.

     Nous mettons les voiles à 6h du mat’ car il fait vite extrêmement chaud et nous voulons éviter au maximum de suer de la moustache (enfin surtout Aurore). L’embrayage n’est pas toujours facile à maîtriser, mais Maxime s’en sort plutôt bien : après quelques calages et oublis de frein à main, nous sommes lancés ! Ce que nous ne savions pas, c’est que la vitesse est limitée à 40km/h la plupart du temps pour les tuk-tuks, on a donc largement le temps d’observer le paysage. Après 2h, nous faisons une légère entrave en montant à 48km/h pour dépasser, et nous faisons arrêter par la police… Faire l’ignorant ne fonctionne pas, et nous prenons 1000 Rp (5€) d’amende qui, nous l’apprendrons plus tard, est allé droit dans la poche de l’officier.

 

2018-04 - Anuradhapura - Balade J2 (5)

Anuradhapura.

     Nous arrivons finalement dans ce qu’on appelle le « triangle culturel » depuis la ville d’Anuradhapura, qui fut en 380 av JC la première capitale de l’île. Cette région constitue le cœur historique et culturel du pays, avec de nombreux sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Malheureusement, la plupart des sites du triangle sont assez chers et il faut par exemple compter 25$/pers pour explorer l’ensemble des ruines de l’ancienne cité d’Anuradhapura. Dès notre deuxième jour, nous nous rendons vite compte que le choix tuk-tuk n’était pas le plus économique et qu’il va falloir faire quelques concessions pour tenir notre budget. Nous décidons donc de ne pas prendre de ticket et de ne faire que les sites gratuits/non inclus ou avec leur propres droits d’entrée. Comme nous sommes véhiculés, nous tentons quand même une petite escapade pour observer l’ancienne citadelle sans entrer dans les sites mais nous sommes arrêtés à deux reprises par des contrôleurs de tickets. Nous ne persévèrons pas, et nous contentons des sites gratuits.

 

2018-04 - Anuradhapura - Temple 1 Viharaya (2)

Les BD de l’époque quoi ^^

     La plupart des endroits sont des lieux de culte fortement fréquentés par les famille Sri Lankaise bouddhistes, habillées de blanc et apportant des offrandes. Comme elles, nous devons nous déchausser (et marcher pied nus sur le sol brulant) et nous couvrir (jambes/épaule) avant d’entrer dans un temple ou une stupa. Une donation est en général attendue pour la garde des chaussures (en général entre 20 et 50 Rp).

 

2018-04 - Anuradhapura - Sri Maha Bodhi (8)

Blanc.

     Le grand stupa blanc de Ruwanwelisaya, entouré de son mur sculpté d’éléphants, est particulièrement impressionnant et majestueux. Petit moment de culture : un stupa est un monument bouddhiste en forme de dôme qui peut contenir, selon sa nature, des reliques de Bouddha (après sa crémation, les reliques corporelles sont partagées entre les 8 rois venus lui rendre hommage), des objets ayant appartenu au Bouddha ou une doctrine bouddhique. Le stupa Ruwanwelisaya, haut de 103m, aurait été destiné à abriter le bol à offrande de Bouddha. Lors de notre arrivée, il semble qu’une cérémonie soit en cours mais impossible de bien comprendre ce qu’il se passe (c’est dans ces moments là qu’un guide serait génial). Nous essayons de nous renseigner auprès d’une adorable famille mais leur explication en anglais n’est pas très claire.

 

2018-04 - Anuradhapura - Ruwan... (billet) (11)

Balèze non ?

    Nous poursuivons par Isurumuniya Vihara (200Rp), un vieux temple bouddhiste construit autour d’un rocher et Sri Maha Bodhi (gratuit), et son arbre sacré. L’arbre Bodhi vient d’une bouture de l’arbre sous lequel le prince Siddharta, en Inde, a atteint l’illumination et est devenu le Bouddha. Il existe d’autres sites gratuits, comme les stupas Thupuramaya et Mirisaweltya ou encore les Royals Pleasure Gardens mais qui sont un peu moins intéressant.

 

2018-04 - Anuradhapura - Mihintale (4)

Buddha.

   Nous partons tôt le lendemain matin, pour un aller-retour jusqu’à Mihintale, ville considérée comme le berceau du bouddhisme au Sri Lanka. L’histoire veut qu’en -247 avant JC, le roi Devanampiya Tissa d’Anuradhapura rencontre Mahinda, fils du grand roi bouddhiste Ashoka, pendant la chasse. Ce dernier, venu d’Inde, lui explique la notion de karma et les préceptes de la philosophie bouddhiste. Le roi est vite conquis, et le bouddhisme commence à se répandre dans le pays. Le site actuel (500 Rp/pers), devenu un lieu saint, est fréquenté par beaucoup de pèlerins. Pour y accéder il faut grimper quelques centaines de marches, où de petits macaques font leur apparition, et on est vite récompenser par la beauté de la vue et la paisibilité de la cité (surtout à 7h30 du mat’).

 

2018-04 - Anuradhapura - Mihintale (5)

Mihintale

     Notre dernier arrêt dans le triangle culturel sera des fameuses grottes de Dambulla. Le sanctuaire, en haut d’une colline, comprend des dizaines de grottes creusées directement dans la roche, mais seules les 5 principales sont visitables (10$/pers). Nous laissons notre tuk-tuk, avec nos gros sacs à l’intérieur, sous la surveillance d’un jeune sri-lankais dont la famille tient un café devant le parking. Nous y prenons un thé à notre retour et donnons un pourboire à notre jeune gardien, qu’il accepte avec quelques réticences.

 

2018-04 - Kandy - 2

Les somptueuses grottes de Dambulla.

   La première grotte abrite un sublime et gigantesque Bouddha couché, sculpté directement dans la roche (supposition faite après qu’Aurore se demande « mais comment ont-ils pu le faire rentrer par une si petite porte ? ». Hum). Les autres grottes renferment d’autres buddhas, de toute taille et dans différentes postures. Il y aurait environ 150 sculptures en tout, ce qui nous fait notre quota pour l’ensemble du voyage 🙂 Si toutes ces statues sont magnifiques, ce sont les fresques colorées peintes à la main sur la totalité des parois des grottes qui attirent le plus notre attention :  extraordinaire !

 

2018-04 - Anuradhapura - Raw (12)

Duplicata

     Nous entamons alors notre descente vers Kandy ! C’est parti pour encore 2H de tuk-tuk effrénées !

2018-04 - Anuradhapura - Toranado (18)

Des Poutoux 🙂

Les sweedys arrivent au Sri Lanka

Citation

Les sweedys au Vietnam entre amis

2018-04 - Hoi An - Nous (15)

     C’est après un long, TRÈS long périple depuis l’Indonésie, que nous avons rejoint nos amis Antonin et Justine dans la ville de Hoi An au Vietnam pour quelques jours.

     En effet, à cause d’un premier vol en retard, et d’un temps de connexion trop court à Surabaya (Java, Indonésie), nous avons loupé notre deuxième vol… (et donc le troisième) et avons attendu… 18H dans l’aéroport !

2018-04 - Hoi An - Aeroport (6)

Aéroport N°3 …

     Notre compagnie de réservation, avec qui la communication par email était plus que complexe, nous a tout d’abord proposé un nouveau vol à 5h du mat’ le lendemain (le vol initial était à 16h..) et nous avons dû passer nos quelques heures de sommeil sur les bancs devant l’aéroport car celui-ci fermait pour la nuit. Arrive alors le nouveau check-in à 3h du mat’ où on nous annonce que nous sommes introuvables dans le système : vous imaginez bien la décomposition faciale ! Il se trouve que notre compagnie (kiwi.com, pour ne pas la citer) n’avait pas confirmé les réservations de notre nouvel itinéraire. No comment… Qu’est ce qu’il est difficile de rester calme et positif dans ce genre de situation, mais on ne s’en est pas trop mal sortis. La compagnie nous retrouve un vol à 10h30, et nous atterrissons 10h plus tard à l’aéroport de Danang, perdant toute une après-midi et soirée sur place avec nos amis. Nous aurons mis autant de temps à faire Manado-Danang (36H – 2500 km) que Wellington-Paris (36H – 19 000 km) !

 

2018-04 - Hoi An - Balade N1 (11)r

Les lumieres d’Hoi an.

     C’est donc frais comme des gardons que nous retrouvons nos copains à l’hôtel ! Et on adore les retrouvailles, surtout à l’autre bout du monde 🙂 Toto et Justine sont partis de France début mars pour faire un tour d’Asie du Sud-Est de 6 mois et nous voulions profiter d’être « dans le coin » pour leur faire un coucou. Ils nous avaient eux-mêmes rejoints pendant notre voyage en Argentine il y a 3 ans. Ils ont aussi un p’tit blog www.tripalamode2nous.com avec de chouettes vidéos et on vous invite à y jeter un coup d’œil 😉

 

2018-04 - Hoi An - Soiree N2 (17)

Les coupaings !

     Entre discussions profondes (ou pas), anecdotes de voyage et mise à jour de nos petites vies respectives, nous partons à la découverte de la vieille ville de Hoi An. Nous l’avions déjà visité lors de notre précédent voyage au Vietnam mais c’est une ville qu’il est agréable de ré-explorer. Un ticket à se procurer à l’office de tourisme permet de visiter, au choix, 5 des 22 temples et maisons du centre. Nous avons eu un petit coup de cœur pour la Tran Family Chapel (Viet si tu nous lis ^^) avec une visite très intéressante, et en français, par une des descendantes vivant actuellement dans la maison. Elle nous explique la signification de certains éléments architecturaux, d’influence chinoises et japonaises ou encore l’importance du culte des ancêtres dans les familles.

 

2018-04 - Hoi An - Chinese Hall (6)r

Encens en spirale.

     Mais la première chose qui nous revient en tête lorsque l’on pense au Vietnam , c’est sa cuisine ! Et nous comptions bien nous péter le bidou à base de phò et autres plats typiques 🙂 Nous voulions aussi faire découvrir à nos amis le plaisir de manger dans la rue ou les marchés avec les locaux, ce qui n’avait pas été évident pour nous au début du voyage mais qui se trouve être aujourd’hui certaines nos meilleures expériences. C’est avec une grande excitation que nous avons trouvé un stand servant du Bun Thit Nuong, notre plat préféré, à base de nouille de riz, porc caramelisé, menthe et petites cacahuètes ! Un vrai délice ! Enfin un peu moins pour l’estomac d’Antonin Haha.

 

2018-04 - Hoi An - Café (2)r

On a été obligé de trouver un bon café .. lol

 

    Comme nous ne sommes pas ici pour visiter mais pour rendre visite à nos amis, il règne comme une ambiance de weekend au milieu des vacances, et on ne se met pas trop la pression ! C’est d’ailleurs une bonne excuse pour descendre une bouteille de rhum à 3€ au bord de la piscine de l’hôtel (Oui le weekend quoi !) et se mettre à jour sur les classiques de musique françaises ! Perso, on était totalement sobres !

2018-04 - Hoi An - Balade J2 (13)r

La fabrique.

    Un petit tour à bicyclette (au grand plaisir d’Aurore… mais à 3 contre 1 c’est difficile) nous permet de rejoindre la plage de An Bang pour un plouf, et un cocktail ! Nous poursuivons par un tour dans la ville, au milieu d’une circulation bien dense où on applique le même principe de klaxon (enfin sonnette dans notre cas) que les autres véhicules pour signaler notre position. Le quartier Nord-Est (autour de la rue Nhi Trung) est très vivant et beaucoup moins touristique que la vieille ville et il est très agréable de d’y balader.

2018-04 - Hoi An - Plage J2 (10)

Copains, plage et cocktails, juste le top !

    Après deux jours de beau temps, nous finissons par expérimenter Hoi An sous la pluie. Pas le bon moment pour oublier le poncho dans la chambre… Les rues, déjà pleine de charme, avec leurs murs jaunes et leurs lampions suspendus un peu partout sont alors parsemées de ponchos colorés. Les cyclo-pousses se transforment en grosses poussettes imperméables et les petites mamies locales (trop kiki) continuent de vendre leurs fruits.

2018-04 - Hoi An - Mamie (4)2

Pyja-ma-mie

     Le moment du départ arrive bien trop vite mais nous avons passé un super weekend vietnamien 🙂 Toto et justine poursuivent leur route vers le nord du pays, direction la citadelle d’Hué et nous les verrons à leur retour. Quand à nous, nous reprenons l’avion pour notre dernière destination : le Sri Lanka !

2018-04 - Hoi An - Soiree N2 (13)

Des poutoux … To you !!

 

Les sweedys au Vietnam entre amis