Citation

Les sweedys aux iles Togian

 

2018-03 - Togian - Sera beach (1)

 

    Nous quittons le pays Toraja, avec une journée de retard et quelques péripéties bancaires, puisque Aurore a (encore) oublié sa carte bleue dans un distributeur et il a fallu attendre le lendemain que quelqu’un vienne ouvrir la machine. Heureusement, le stress n’a duré qu’une soirée. Maxime a profité de cette journée supplémentaire pour faire quelque chose d’inédit… Quelque chose qu’il n’avait pas fait depuis un an et demi maintenant… Il est allé chez le coiffeur ! Fini la longue tignasse blonde, il sent maintenant le vent sur son crâne !

 

2018-03 - Toraja - Ville 20

Fini le kiki !

    Avec cette journée de « perdue », nous n’avons plus le temps faire une escale au lac de Tentena et nous rendons directement à Poso, puis Ampana, afin de rejoindre les iles Togian. Nous le savons, c’est écrit dans tous les blogs et les guides (et nous ne dérogeons pas à la règle ^^) : aller aux iles Togian est loooooong et difficile, à base de 14h de bus de jour, 4h de voiture partagée et 8h30 de ferry !

 

2018-03 - Togian - Sur la route (3)

Les heures de rien sous la chaleur.

     Pour le bateau, il existe plusieurs possibilités, plus ou moins longues et plus ou moins chères, nous optons pour le ferry public (soit le moins cher mais le plus long ^^). Il existe un site bien pratique regroupant toutes les horaires, infotogian.weebly.com, car elles sont apparemment assez changeantes. Dans le ferry, on ne trouve pas de siège mais des matelas partout, établis sur deux étages à l’arrière du bateau pour se poser, au milieu des cartons de bouteille d’eau et autres marchandises à destination des îles. Le trajet est assez animé (si on peut dire), entre les enfants qui viennent nous voir, les voisins qui fument et  jouent à la guitare ou d’autres qui mangent du durian (aaaaaaaaahhhh non pas ça !) au-dessus de nous.

 

2018-03 - Togian - Bajau village (17)

Fabrication de sarbacane au village bajau.

 

      A notre arrivée à bord, nous achetons notre billet (75 000 Rp/pers) et nous faisons aborder par un indonésien qui veut nous vendre des tickets pour entrer dans le parc national, 150 000 Rp/pers. Comme nous n’avions pas vraiment entendu parler de ça, nous nous méfions et essayons de discuter, jusqu’à lui demander s’il a un badge officiel. Lorsqu’il nous sort son badge, nous n’avons plus vraiment d’autres choix que de payer. On a juste les boules de voir les gens balancer tous leurs emballages en plastique dans l’eau pendant la traversée… Mais en discutant avec d’autres voyageurs sur les îles, on se rend compte que certaines personnes n’ont pas payé cette entrée, soit parce qu’elles ont refusé, soit parce qu’on ne leur a pas demandé, et cela a questionné un peu tout le monde. De plus, nous avons entendu des versions différentes sur la durée de vie du ticket (5 jours, 1 jour, à renouveler, pas à renouveler) qui n’est pas bien clair. Nous ne sommes donc pas bien sûr de l’officialité de cette pratique, mais nous voulions en parler, car ce n’est indiqué, ni dans les guides, ni dans les blogs, et c’est un sujet sur lequel vous pouvez vous renseigner avant de venir.

 

2018-03 - Togian - Hamac (2)

Le hamac, c’est la vie.

   Aparté terminée, nous voilà arrivés au port de Malenge, une île au nord-est de l’archipel, sur les conseils d’Edith et Richard, nos québécois préférés du voyage 🙂 Nous atteignons à notre hôtel, le Sera Beach, dans la soirée, accompagnés de trois françaises que nous avons rencontré à la sortie du bateau. Si les îles Togian sont souvent synonymes de tranquillité et de solitude sur des plages de rêve, ce ne sera pas notre cas. Et pour cause, à notre arrivée, il y a déjà 15 touristes dans l’hôtel (dont 75% de français), qui nous regardent du coin de l’œil et murmurent « Encore des français ! ». L’hôtel est apparemment devenu très (très) populaire depuis qu’un voyageur et blogueur français en a fait la pub dans une vidéo. Forcément, les petits coins de paradis attirent du monde !

 

2018-03 - Togian - Sera beach (12)

French connection.

     L’archipel Togian est composé d’une cinquantaine d’îles, couvertes de forêt tropicales et bordées de récifs coralliens, dont seules les plus grosses ont des hôtels (forcément). On peut y faire une vraie déconnexion car il n’y a pas de wifi, et l’électricité n’est disponible qu’entre 17h et 23h. Même si on est en vacances, regarder son portable et les réseaux sociaux reste un réflexe bien ancré et ça fait un bien fou de ne pas toucher son téléphone pendant plusieurs jours ! L’autre particularité des îles est que l’on est en pension complète. Les trois repas sont compris dans le prix, et on nous sonne une espèce de cor (fait d’une bouteille et d’un bout de tuyau) lorsqu’il faut passer à table. Du coup, tout le monde mange en même temps (avec des places attitrées attention ^^) et ça donne un petit côté colonie de vacances que l’on a beaucoup aimé !

 

2018-03 - Togian - Bajau village (4)

Aurore, Popotte, Pô, Morgan et Léa.

     Ce n’est que le lendemain de notre arrivée que nous pouvons découvrir le paysage, et la surprise n’est pas dégueu ! Une eau transparente et turquoise, une plage (bien que minuscule) de sable blanc, la forêt aux alentours et les pirogues locales se balançant avec les vagues… Wouaaaaaaaaaw ! Le must étant les petits hamacs suspendus devant la chambre dans lequel il fait bon ne rien faire.

     Nous passons nos trois jours sur place avec Léa, Pauline & Pauline, avec qui le courant passe vite très bien, rejoint ensuite par Morgan un autre frenchy : un beau p’tit groupe quoi 😉 A base de petite séance de yoga improvisée sur la plage le matin, baignade et beach volley, partie de carte, discussion très profondes sur les chaussures de Maxime ou pourquoi les chats indonésiens ont la queue coupée, à se nourrir de thé et de chips à la crevette à longueur de journée, nous avons passé de très bons moments !

 

2018-03 - Togian - Sera beach (11)

Notre super bungalow à Sera Beach.

     Quand la mer le permet, nous partons ensemble en excursion, comme au très étrange Lac aux Méduses. Il s’agit d’un lac salé avec une espèce qui ne pique pas (elles auraient perdus leur pouvoir urticant au fil du temps car n’ont plus de prédateurs), et on peut donc se baigner au milieu de centaines et centaines de méduses ! Si il y a bien cinq minutes d’appréhension au début, où on essaye de les éviter en sortant quelques petits cris, puis il y a un point de non-retour où il y en beaucoup trop autour de nous qui nous effleurent, et ça devient complètement fou. Elles sont toutes douces et tellement belles, avec parfois de magnifiques « chapeaux » bleutés.

 

2018-03 - Togian - Gellyfish Lake (6)

Le lac de méduses.

      Nous faisons également « la visite » d’un village Bajau, qui sont d’anciens nomades des mers. Leur village est aujourd’hui construit sur l’eau et accessible par un long pont en bois. Nous parlons de visite car nous nous sommes baladés dans les rues du village, où les enfants fabriquent de superbes sarbacanes en bambou, où on fait sécher le poisson directement sur le sol et les plantes ornent la devanture des cabanes, mais nous en sommes ressortis avec une sensation de voyeurisme plus qu’autre chose. Peut être que le fait d’être en groupe n’est pas non plus le meilleur moyen de partager avec les locaux. La vue sur le village depuis le pont est en tout cas magnifique et il paraît que le snorkeling y est excellent.

 

2018-03 - Togian - Bajau village (14)

Maison du village Bajau.

     Nous revenons à notre hôtel en traversant une partie de l’île à pied, à travers l’épaisse jungle. Le chemin n’est pas super clair (surtout quand il a plu la veille) et il vaut mieux être accompagné d’un local. Nous avions avec nous Nuir, le manager de l’hôtel, qui pressait le pas à un rythme effréné, laissant Aurore suer toute l’eau de son corps en bout de file !

2018-03 - Togian - Trek (2)

Courrez pauvres fous.

      Il y a plusieurs spots de snorkeling aux alentours de Malenge, mais la mer est assez capricieuse et ne permet pas toujours aux bateaux de partir, nous n’avons donc pu faire que le récif n°1. Si nous n’avons rien vu d’incroyable (entendez par là pas de requin, raie ou tortue), il y a une bonne diversité de poissons et de beaux coraux. Et il y a surtout des poissons clowns, ce qu’il suffit pour nous rendre heureux. Ici ils essayent même de vous « attaquer » lorsque vous vous approcher de leur anémone ^^. Nous remettons nos masques sur l’île de Kadidiri avant le départ, depuis la jetée de l’hôtel : il y a encore une fois beaucoup de poisson, et Maxime ne fait pas le fier en se retrouvant nez à nez à marée basse avec un gros barracuda !

 

2018-03 - Togian - Kadidiri (3)

La plage de Kadidiri.

     Comme nous l’avons déjà évoqué, la météo peut vite faire changer vos plans sur les îles Togian et vous empêcher de bouger. Certaines personnes en ratent même leurs vols ! Nous décidons donc d’anticiper et de nous rapprocher du point de départ du ferry du retour en passant une nuit à Kadidiri. Au programme encore une fois, hamac et baignade (on a vraiment la vie dure) dans un cadre paradisiaque.

 

2018-03 - Togian - Kadidiri (5)

Tempête sur la jeté de Kadidiri.

    Après 5 jours sur les iles Togian, on comprend très facilement comment certains voyageurs y restent des semaines, et on aurait, de notre côté, pas cracher sur 2/3 jours supplémentaires pour explorer d’autres îles ! Mais il ne nous reste que peut de temps en Indonésie et nous voulons rejoindre l’ile de Bunaken à la pointe Nord pour plonger. Là encore la route va être longue, à commencer par 14h de ferry de nuit…..

 

2018-03 - Togian - Bajau village (3)

Des poutoux tout doux !

Les sweedys aux iles Togian

Laisser un commentaire, ca nous fera plaisir :D

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s