Citation

Les sweedys au pays Toraja

 

Montage Sulawesi

 

     Nous voilà arrivés à Sulawesi, la dernière île de notre périple indonésien. Entre de magnifiques plages, des spots de plongée réputés mondialement, des montagnes au centre et une grande diversité et richesse culturelle, nous avons de quoi nous occuper !

 

20180317_151551

Les berges de Makassar.

     Nous arrivons par la capitale après une petite heure de vol depuis Lombok. Comme nous avons tendance à fuir les grandes villes, Macassar ne déroge pas à la règle et nous la quittons le plus vite possible. Ville bruyante, polluée et sans grand-chose à visiter, nous passons notre unique journée à aller acheter nos billets de bus à la gare (9km du centre…) et à marcher le long du front de mer pour rejoindre le café de notre ami Dody. Dody, c’est le prof que nous avions eu lors de notre formation de café à Ubud, et il se trouve qu’il est manager d’un café à Macassar. Nous lui faisons donc une petite surprise très réussie !

 

20180317_154453

Au Tanamera café chez Dody.

     Nous enchainons sur un bus de nuit, plutôt confortable jusqu’à Rantepao, au cœur du pays Toraja. Dès notre arrivée, sans grande surprise, nous nous faisons embêter par des guides nous proposant d’aller voir une cérémonie funéraire ou de faire un trek le lendemain.

IMG_5502

D’anciennes maisons traditionnelles.

 

     En effet, le pays Toraja (ou Tana Toraja en indonésien) est une région anciennement animiste, avec un rapport à la mort un peu particulier qui fascine tous les touristes y passant. Si la population est majoritairement catholique de nos jours, les rites et cérémonies funéraires sont toujours bien ancrées dans la culture locale. Les touristes sont les bienvenus s’ils veulent y participer avec un guide mais il faut savoir qu’il s’agit de cérémonies très sanglantes. Si la journée est rythmée par des danses, des chants et des repas copieux, on y fait également des sacrifices de nombreux buffles et cochons qui permettent à l’âme du défunt de s’élever. Il y a 2/3 générations, on faisait encore également des sacrifices humains : il s’agissait d’ennemis du village de la personne défunte, dont on coupait la tête pour ensuite exposer le crâne avec les cornes de buffles à l’avant de la maison commune, et dont on enfouissait le corps sous une pierre. Nous avons lu de nombreux articles à propos de ces cérémonies et même si tout cela se fait sans maltraitance et dans le respect des traditions, nous faisons le choix de ne pas aller en voir. Pour ceux qui la connaisse, imaginez un peu Aurore face aux buffles égorgés et depecés… ! En tout cas pas de regret, il y a plein d’autres traditions torajas à découvrir.

 

20180319_154706

Sous les pierres sont enterré les ennemies du clan.

 

     Nous passons notre première journée à scooter, à passer de village en village, avec les magnifiques maisons traditionnelles en bois (les tongkonans) au toit en forme de bateau  (ou de corne ?) et des buffles un peu partout. Nous retrouvons également les sourires et les saluts des locaux ainsi que les « hello mister » des enfants qui nous avaient tant manqués à Lombok. Lorsque l’on roule on sent une atmosphère un peu mystique, cela attise notre curiosité mais fait aussi un peu peur !

 

2018-03 - Toraja - Trek 28

Sur la route …

     Nous nous arrêtons au village de Lemo, dont les falaises contiennent de nombreuses tombes creusées dans la roche, avec des « tau-tau », des statues de bois à l’effigie du défunt, sur des balcons. Il existe plusieurs sortent de tombes au pays toraja : comme à Lemo, elles peuvent être creusées dans la roche mais les cerceuils sont parfois juste suspendus par des cordes à la falaise. Les sépultures de bébés seront, eux, déposés dans les troncs d’arbres, et, selon les croyances continueront de grandir avec eux..

 

IMG_5500

Les tombes dans les rochers.

     Bouillonnants de questions et en manque de connaissance sur tous ces rituels, nous décidons de trouver un guide local pour faire un trek d’une journée. Par curiosité, nous rentrons dans une agence de tour qui ne paye pas de mine (Celebes Tourist Service, Jalan Mangadil), et y trouvons Ryan, un guide local de 26 ans trop sympa avec qui nous signons sans hésitation pour faire un trek le jour suivant. En plus il nous demande la moitié du prix que nous proposent les autres guides : nous payerons nous même les transports jusqu’au début et depuis la fin du trek ainsi que notre déjeuner et donnerons 425 000 Rp à Ryan. Un autre guide nous demandait 1 000 000 Rp tout compris.

 

2018-03 - Toraja - Trek 36

Les maisons avec les cornes de buffles pour protection.

 

     Nous partons à 8h30, après avoir pris un café chez notre torréfacteur préféré (explications plus  bas ^^ ) ! La route jusqu’au point de départ du trek se fera en ojek (moto taxi), puis c’est parti pour environ 6h de marche à travers les rizières, la jungle et les petits villages, accessibles seulement à pied.

 

20180319_121025

Splendide.

      Si Ryan est né et a grandit dans la région, il est également animiste et a étudié la philosophie et l’anthropologie : autrement dit, il est passionné par sa propre culture et est une mine d’informations. C’est aussi un backpacker qui aime voyager et parle très bien anglais. Il nous fait passé par de petits chemins sublimes et introuvables tout seul, et nous donne des explications au fur et à mesure de la marche et de ce que nous croisons. C’est bon, nous l’avons assez bien vendu ? lol En tout cas il le mérite amplement !

 

2018-03 - Toraja - Trek 5

Copains.

 

     Au détour des villages, nous tombons sur les préparatifs d’un mariage. Mi-traditionnel mi-kitsch, les décors sont en train d’être montés en musique et nous sommes accueillis par le père de la future mariée. Le temps d’une petite photo avec les demoiselles d’honneur toutes en couleur et nous poursuivons notre chemin.

 

IMG_5545

Les demoiselles d’honneur.

     L’élément phare de notre journée, est notre rencontre avec Mama Kiki. Mama Kiki est la femme du gourou de Ryan et elle est décédée il y a un an et demi ! Whaaaaaat ?

     Eh oui, en plus d’avoir des rites funéraires troublants, les torajas conservent parfois leur défunts dans leur maison, et cela peut être pour quelques jours, ou quelques années ! Ils utilisent alors un procédé de momification ancestrale et un peu secret qui permet de conserver le corps en bon état et sans odeur. Si on lit un peu partout que les familles gardent le corps en attendant d’avoir réuni les fonds nécessaires à la cérémonie, Ryan nous explique que ce n’est pas la raison principale. Il s’agit plutôt d’attendre le moment où toute la famille peut se réunir (car elles sont généralement nombreuses chez les torajas) mais aussi le moment où tout le monde a fait son deuil et est prêt à laisser partir l’être cher. En attendant, le défunt est considéré plutôt comme un malade à qui tout le monde rend visite comme on le ferait chez nous pour une personne hospitalisée. On lui apporte de la nourriture tous les jours et Mama Kiki a même le droit à du rouge à lèvre !

     A notre arrivée chez l’ami de Ryan (qui n’était malheureusement pas présent), notre guide entre d’abord tout seul dans la chambre afin de demander son accord à la principale concernée. Puis nous pouvons entrer et découvrir le cerceuil ouvert, placé a milieu de la pièce. Effectivement il n’y a aucune odeur, et le corps de Mama Kiki est parfaitement conservé, il s’en dégage même une certaine beauté. Si nous étions un peu stressé par cette rencontre, il n’y a finalement plus rien d’étrange ou de morbide une fois sur place. Ryan prend le temps de nous expliquer tout ce qu’il y a autour de ces traditions, même s’il avoue que tout est difficile à croire pour les occidentaux car rien n’est vraiment logique. Chez les torajas, la mort fait parti intégrante de la vie et n’est absolument pas un sujet sensible comme cela peut l’être dans nos cultures occidentales. Nous n’avons bien sûr, par respect, pas de photo à vous montrer de ce moment et nous sommes bien heureux de le conserver rien que pour nous dans nos ptites têtes. En tout cas on peut le dire, nous nous sommes pris une belle claque culturelle !

 

IMG_5644

Pour une cérémonie, plus de 100 buffles peuvent être sacrifié.

     Nous aurions encore plein d’autres choses à expliquer sur les coutumes locales mais l’article commence à se faire un peu long et nous ne voulons pas vous perdre ! lol Sachez en tout cas que cette région est incroyablement intéressante et qu’elle mérite d’y passer plusieurs jours 😉

 

2018-03 - Toraja - Ville 6

Entre religion et tradition.

 

    Outre les histoires de mort, un peu omniprésentes par ici, la ville de Rantepao est plutôt charmante et agréable. Tous les soirs, des stands de streets foods se tiennent autour du terrain de foot, et permettent de très bien manger pour pas cher. Nous sommes allés chez la même petite famille tous les soirs, que nous avons bien fait rire car ici, quasiment personne ne parle anglais et parfois même pas indonésien. Le mot magique « Kurre Sumanga » en dialecte toraja remplace le fameux « Terima Kasih » indonésien et en fera sourire plus d’un 🙂

 

2018-03 - Toraja - Trek 9

     Nous avons également découvert une petite pépite comme on les aime (des pépites des pépites des pépites !) : un torréfacteur de café, qui utilise un moulin à eau pour faire tourner le tambour de sa machine ! Complètement génial ! Eli fait ce métier depuis 20 ans, avant même que tout le monde s’intéresse au café et est autodidacte. Son café, que ce soit en espresso ou en filtre, est délicieux, sourcé localement et torréfié comme on l’aime. En plus, sa femme et lui sont vraiment adorable ! Nous y passons tous les jours boire notre café matinal 🙂

 

20180318_134744

La torréfaction d’Eli.

     Nous n’avons malheureusement que 18 jours à passer à Sulawesi et devons reprendre la route ! Mais c’est un vrai coup de cœur pour Tana Toraja !

IMG_5608

Des Poutoux

Les sweedys au pays Toraja

Laisser un commentaire, ca nous fera plaisir :D

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s