Citation

Les Sweedys à Flores – De Moni à Bajawa

2018-02 - Bajawa - Bena (30)

     Nous voilà arrivés en Indonésie, notre pays chouchou d’Asie du sud-est ! Et c’est bien parce qu’on avait eu un gros coup de cœur il y a trois ans qu’on y revient ! Cette fois, nous comptons explorer les îles à l’Est de Bali, et c’est par Flores que nous débutons notre périple.

 

2018-02 - Bajawa - Sur la route (1)

Forcément c’est notre chouchou !

     L’aventure commence dès l’aéroport, où, après 8h d’escale de nuit à Bali (à « dormir » sur un banc), nous embarquons pour Flores dans un petit « coucou à hélice », avec seulement 15 autres passagers. Après une heure de vol, et un atterrissage des plus effrayants, nous arrivons au premier arrêt : Labuanbajo. Nous voyons alors tous les passagers descendre de bord, et nous, tous seuls, à nous demander s’ils vont vraiment refaire décoller l’avion juste pour nous ! Bonjour l’empreinte carbone qu’on devra rattraper pendant les 10 prochaines années ! Heureusement, quelques personnes finissent par nous rejoindre : nous ne sommes pas les seuls à aller à Ende ! On commençait à avoir de gros doute sur notre destination ^^.

 

2018-02 - Moni - Kelimutu (4)

Et le retour des baboons aussi 🙂

     Arrivés là bas, un groupe de 20 taxis nous attend, et pour cause, nous sommes quasiment les seuls blancs de la ville. On nous annonce 50 000 Rp pour la course jusqu’à l’hôtel, et nous sommes bien trop fatigués par le voyage pour essayer de contester ou marchander quoique ce soit. Tellement fatigués qu’au moment de payer, Maxime se trompe dans les billets (autant pour lui car on venait de tirer des sous et il n’avait pas encore repéré les billets) et donne 500 000 Rp au chauffeur au lieu de 50 000 Rp, ce qui équivaut à 30€ soit les 2/3 de notre budget journalier. Bien sur, le temps de réaliser, le chauffeur était déjà au bar à payer une tournée à tous ses potes taxis !

 

2018-02 - Ende - Aurore fait du boudin car maxime a donner 500000 ...

Il y a d’la joie partout il y a d’la joie !!

     Ce petit incident nous a mis un gros coup au moral pour le reste de la journée et nous ne gardons pas un super souvenir de Ende. Rajouter à cela le fait que les gens parlent très très peu anglais, qu’on galère à se faire comprendre et à obtenir des informations et qu’on n’a plus assez d’argent pour payer notre guesthouse, obligés de partir à la recherche d’un distributeur sous la pluie…. On se met donc très vite au lit, espérant que demain sera meilleur !

 

2018-02 - Ende - Premiere chambre

Linge qui sèche pas et moustiquaire trop petite ! Back to Asia !

 

     A notre réveil, nous partons vite à la recherche de la station de bus pour aller à Moni. Nous finissons par faire le trajet en voiture avec deux indonésiens qui nous disent qu’il n’y a plus de bus, pour 50 000 Rp/pers. Encore une arnaque mais on veut quitter Ende le plus vite possible ! Nous arrivons alors à Moni, un petit village entouré de rizières et de pics volcaniques. Et là… ça y est ! C’est merveilleux ! On retrouve l’Indonésie qu’on aime, on sent les vacances, du pur bonheur ! Nous dormons à Angi Lodge chez un adorable couple Angi et Ross, dans un cadre magnifique. En plus ils parlent anglais, on peut donc mieux communiquer et poser toutes les questions qu’on veut.

 

2018-02 - Moni - La ville (9)

La vue depuis Angi Lodge.

     La principale attraction de Moni (et même de Flores) est le volcan Kelimutu et ses lacs de cratère colorés. Pour y aller, nous louons un scooter à Angi pour la journée (100 000 Rp). Après avoir rouler à peine quelques mètres, les cris de joie sortent ! Quel pur bonheur de se balader en scooter ! C’est ça l’Asie ! ❤ Et autant nous disions de la Nouvelle-Zélande qu’il suffisait de rouler pour être ébloui par les paysages, autant il suffit d’être sur un scooter en Indonésie pour avoir les mêmes sensations.

 

2018-02 - Bajawa - Sur la route (5)

On fait les foufous quoi !!

     L’entrée au parc Kelimutu payée (150 000 Rp/pers + 5000 Rp pour le scooter), il suffit de marcher une petite demi-heure pour accéder au cratère. Les trois lacs ont la particularité d’avoir des couleurs intenses et différentes, qui changent en fonction de la dissolution de minéraux dans l’eau. Sur place il est expliqué que l’oxygène en est le principal déterminant : si l’eau du lac manque d’oxygène, elle sera plus verte et si elle en est riche, elle sera rouge foncé voire noire. On ne sait donc pas trop sur quelle couleur on va tomber ! Nous avons eu le droit à trois différentes intensités de bleu/vert, c’était vraiment magnifique.

 

2018-02 - Moni - Kelimutu Poutoux (7)

WAAAAAAOUUUUU !!

     Et ces lacs volcaniques ne sont pas seulement beaux, ils sont aussi sacrés pour les locaux. La légende veut que les esprits des défunts rejoignent les lacs : ceux des jeunes iront à Tiwu Nuwa Muri Koo Fai (lac vert), ceux des vieux à Tiwu Ata Mbupu (lac bleu) et les méchants à Tiwu Ata Polo (lac rouge).

2018-02 - Moni - Kelimutu

Les lacs de Ata Polo – Ata Mbupu

 

     Nous profitons également du calme de Moni, et des moments de pluie pour perfectionner notre indonésien. Comme nous l’avions dit lors de notre premier voyage, l’indonésien est une langue très facile à apprendre car il n’y a pas de grammaire ou de conjugaison. Les chiffres, quelques pronoms, verbes et vocabulaire de base et nous pouvons nous faire aider et négocier !

 

20180223_000827[1]

L’antisèche 😉

     Angi nous avait réservés une place dans le bus pour le lendemain, direction Bajawa. Cinq minutes à peine après être parti, Maxime se rend compte qu’il a oublié son portable dans la chambre… Après avoir crié STOP au conducteur, il faut lui faire comprendre qu’on a oublié quelque chose ,et en indonésien :s Donc pas évident ! Heureusement Angi lui passe un coup de téléphone au même moment car il a trouvé le portable et nous faisons demi-tour ! Il faut 5h de bus pour atteindre Bajawa, avec le chauffeur qui se prend pour le « king de la route » et une vieille odeur d’essence qui nous donne la nausée la moitié du trajet…

 

2018-02 - Bajawa - Arrivée (1)

Poncho forever

     Arrivés à Bajawa, des moto taxis nous sautent dessus. En fait le bus nous a déposés en dehors de la ville. De peur de se faire encore avoir, on décide de faire les 2.3 kms nous séparant du centre à pied. Bien sûr il se met à pleuvoir à torrent ! Nous sommes en pleine saison des pluies donc il faut s’y habituer ! On s’abrite sous un p’tit toit devant une station essence avec d’autres locaux et commence alors une très belle rencontre avec deux maîtresses et certains de leurs élèves, attendant aussi que la pluie cesse pour rentrer à pied. On partage nos p’tits gâteaux avec eux, on essaye de poser quelques questions tant bien que mal avec nos bases d’indonésien, et on ne s’en sort pas trop mal !!

 

2018-02 - Bajawa - Arrivée (4)

YAAA Bagus Bagus.

     Comme nous avons la flemme de faire le tour de la ville sous la pluie, nous prenons la première auberge, sachant qu’elle nous propose un prix intéressant (150 000 Rp sans eau chaude mais wifi et ptit dej’). Les dames sont adorables mais un défilé de rats sur le plafond pendant la nuit nous empêche de dormir et nous fait changer de guesthouse dès le lendemain matin… Oups. Nous allons alors à Edelweis Homestay (et non Edelweis Hotel) pour exactement les mêmes prix, mais que nous recommandons fortement. La famille qui la gère est vraiment adorable, le grand père a une chorale qui vient répéter tous les jours (soyez donc prêt ^^) et ils louent les scooters à seulement 70 000 Rp la journée si vous dormez sur place.

 

2018-02 - Bajawa - Bena (23)

Le touristique village de Bena.

     Bajawa est une petite ville, nichée entre les volcans Gunung Inerie au Sud et Wawo Muda au Nord et qui permet de visiter facilement les villages traditionnels de la culture Ngada, dont 60 000 personnes vivent encore dans la région. Les Ngadas ont une religion mêlant christianisme et animiste et font encore parfois des sacrifices de buffles pour des rites de fertilités ou des occasions spéciales comme un mariage ou une naissance. On reconnait leur village facilement aux paires ngadhu (espèce de parasol au toit de chaume)/bhaga (maison miniature au toit de chaume) se tenant au milieu du village.

 

2018-02 - Bajawa - Bena (13) 2018-02 - Bajawa - Bena (5)

     Nous avons visité le village de Bena, qui est un des plus traditionnels mais aussi des plus touristiques. Au moins les villageois sont habitués aux visites et nous payons un droit d’entrée (50 000 Rp/pers) qui permet aussi de prendre des photos. Nous avons quand même demandé la permission à chaque personne que nous avons voulu prendre et lui avons montré le résultat, ce qui débouche à chaque fois sur un sourire et un remerciement. Nous n’avons pas trop eu l’impression d’être dans un zoo humain, mais on voit bien tout de même que tout est fait pour être bien présenté et permettre de belles photos.

 

2018-02 - Bajawa - Bena (26)

Ici la fabrication du « Ikat », tissu ancestral.

     Dans le village, ils font principalement du tissage mais font également sécher des noix de macadamia, dont on entend les crépitements sous le soleil, qu’ils vendent ensuite sur les marchés de Bajawa. Il y a plein d’autres villages Ngadas sur la route mais nous ne ferons que les observer depuis notre scooter, de peur de trop s’immiscer dans leur intimité.

 

2018-02 - Bajawa - Bena (3)

Les noix de macadamia.

     Les vues sur le volcan Inerie depuis la route sont magiques (si le ciel est dégagé) ! On voit les gens travailler dans les champs et les plantations, on leur demande notre chemin et tout le monde nous salue systématiquement. Certaines femmes plus âgées ont le visage un peu fermé en nous voyant mais il s’illumine totalement dès qu’on leur sourit.

 

2018-02 - Bajawa - Sur la route (2)

 

     Dès 14h, la pluie s’abat sur la ville et nous empêche de faire quoique ce soit d’autre de l’après midi. On décide donc de rester une journée de plus. On commence à se faire au rythme de la saison des pluies : se lever tôt pour faire des visites le matin avant les averses de l’après-midi, et on chill !

2018-02 - Moni - La ville (11).JPG

Tisane et Yams bien-sûr !

     Le jour suivant, nous partons pour le volcan Wawo Muda et y arrivons finalement vers 10h, après s’être perdus 20 fois. Il s’agit du dernier volcan à s’être formé à Flores, dont la dernière éruption date de 2001. Il faut une heure de marche pour atteindre son cratère et le petit lac qui s’y est formé. Rien d’extraordinaire après Kelimutu, mais la petite randonnée est sympa, d’autant plus que l’on marche au milieu de plantation de caféiers !!! Ouiiiii ! Nous sommes comme des petits fous 🙂 Malheureusement, les cerises sont encore toutes vertes et ce n’est pas encore le moment de la récolte , ce qui nous aurait énormément intéressés !

 

2018-02 - Bajawa - Balade volcan (3)

OUIIII du café !!

     Nous continuons vers le grand marché de Bobou (Bobou pasar) à une dizaine de kilomètres en scooter de Bajawa. Nous y retrouvons Richard et Edith, un couple de québécois et Éric, un français, que nous croisons régulièrement depuis le début du voyage (il y a très peu de touristes à Flores et une seule route alors on fait tous le même itinéraire, dans un sens ou dans l’autre). Généralement en Asie, le marché est un des meilleurs endroits pour manger des plats locaux, nous partons donc avec l’idée d’y déjeuner. Mais ici pas de street food, seulement des étalages de fruits, légumes et autres poissons.

 

2018-02 - Bajawa - Le marché (15)

Super moment de partage avec les indonésiens.

     Nous trouvons finalement une petite dame qui fait les déjeuners des locaux et qui accepte de nous vendre 5 assiettes. Nous voila donc assis au milieu de tout le monde avec notre plat de riz, légume et poisson épicé (un peu douteux le poisson lol) pour 10 000 Rp à partager et délirer avec eux. Nous avons passé finalement deux heures dans ce marché !! Nous y avons fait de belles rencontres avec les locaux, et avons bien rigolé. Maxime a fait des imitations de Jésus avec sa longue chevelure pour faire rire les dames et les jeunes hommes étaient plutôt intéressés de savoir si Aurore était mariée 😉

 

2018-02 - Bajawa - Marché (3)

La fine équipe du marché.

     Puis rencontre improbable : un candidat au poste de gouverneur pour la région de Nusa Tenggara (regroupant Flores, Sumbawa, Komodo, Lombok..) au prochaine élection vient rendre visite et saluer les habitants au marché. Il discute alors un bon moment avec Richard, pendant que nous parlons à son secrétaire ; il nous offre des bananes ( ?!) avant de prendre une photo avec notre ami québécois ! On espère le voir  dans le journal local 🙂

     Nous faisons des petites emplettes pour cuisiner un bon repas tous ensemble le soir-même à la guesthouse, et partirons tous demain en direction de Ruteng.

 

2018-02 - Bajawa - Bena (21)

Des Poutoux ribu !

Les Sweedys à Flores – De Moni à Bajawa

Une réponse "

Laisser un commentaire, ca nous fera plaisir :D

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s