Citation

Les sweedys, de Nono à Iguazú.

      Après nos 10 jours de woofing chez Sacha, nous reprenons la route tous ensemble : Dante va voir sa famille, Sacha va à un festival à Buenos aires et sa sœur Sol rentre chez elle pour quelques jours. En cours de route, elle nous propose de nous accueillir chez elle plutôt que de prendre une auberge. On se laisse entraîner et nous nous retrouvons alors dans le petit village de Los Hornillos, dans les Sierras de Cordoba (chaîne de montagne ne culminant qu’à 2800m mais étendue). Nous sommes alors très heureux de voir, que contrairement à son frère, Sol à une vie un peu plus confortable : une vraie maison avec un jardin, une gazinière, de l’eau chaude, des lits… lool

La sierra de Cordoba.

La sierra de Cordoba.

      Et, comme cadeau de bienvenue… une MYGALE !! Qui pensait, après l’Asie et l’Australie, que ce serait en Argentine que l’on verrait notre plus grosse araignée ! Aurore était sagement assise quand elle a senti un truc sur son pied… une patte de mygale qui voulait lui monter dessus !! Pour ceux qui connaissent un petit peu Aurore et les araignées, vous imaginez bien la suite (même si elle a fait de nets progrès depuis 1 an ^^) : cris, éloignement immédiat, petit ressassement « elle montait sur mon pied, elle montait sur mon pied ! ». Bref, normal. Même Sol était impressionnée, et ne sachant pas trop comment faire avec cette énorme bêbête dans son salon, qui est quand même super rapide, elle lui a donné sans réfléchir un gros coup de chaussure :s Voilà, pour vous, une petite photo du monstre !

La Bêêêêêête !!!!

La Bêêêêêête !!!!

      Un petit mot sur notre hôte, qui s’est si bien occupée de nous pendant notre séjour. Sol a 19 ans, et un adorable petit garçon de 2 ans, Bénicio, qui vit avec elle la plupart du temps (puisque séparée du papa). Malgré son jeune âge, c’est un petit bout de femme plein de ressource, qui gère incroyablement bien son fils et sa vie de fille. On a partagé son quotidien durant trois jours, entre le petit Béni et ses copines. Elle nous a fait goûter de nouvelles spécialités argentines au marché du village d’à coté, nous a baladés un peu et nous a emmenés à son weekend entre fille dans la montagne, chez le père de l’une d’entre elle, qui tient une auberge au milieu de la nature.

      Pour y aller, il faut une grosse camionnette, puis marcher un peu, avec deux cours d’eau à passer. L’endroit est magnifique ! Le papa de Banshy est suisse et vit dans cet endroit depuis 19 ans. Il a donc eu le temps d’y faire pousser tout et n’importe quoi et d’y construire lui-même sa maison ainsi qu’une auberge pour recevoir. Pour 150 pesos/pers la nuit, nous avions une mignonne petite chambre avec un poêle pour nous réchauffer (au grand plaisir de Maxime qui adooooore faire du feu). Un très bon weekend où nous avons partagé notre temps entre des ballades tous les deux, des moments avec les filles et la famille de Banshy, et des repas avec les autres habitants de l’auberge, un couple d’argentins avec qui on s’est tout de suite bien entendu et qui nous ont fait la cuisine.

Sébastian, Andréa et nous.

Sébastian, Andréa et nous.

      Sol nous a déposé le jour d’après dans une auberge du village d’à côté. Elle retournait chez Sacha pour travailler et le coin était tellement joli qui nous ne voulions pas revenir tout de suite à Cordoba (capital de la province). Merci encore à elle : une très belle personne à qui nous ne souhaitons que du bonheur !

           Arg - Nono - Les jeunes            Arg - Nono - Chez le suisse  (11)

      Nous nous sommes alors retrouvés tous les deux, ce qui n’avait pas été le cas depuis un bout de temps. Nous étions dans le village de Nono, entouré par les sierras et bordé de plusieurs fleuves. Un paysage magnifique que nous n’avions pas encore eu la chance de voir : incroyable la diversité de cette Argentine !

La ville de Nono.

La ville de Nono.

      Nous y avons visité un musée un peu particulier : le musée Rocsen, crée par un français vivant en Argentine.  Le principe ? Il a collectionné des choses toute sa vie, et a décidé d’en faire un musée où personne ne s’ennuierait. On y trouve donc aussi bien des machines à écrire, qu’une collection de moteur de voiture ou d’insectes en tout genre. Sur la route, nous nous étions faits (comme très souvent ici) un copain chien qui nous avait accompagné jusqu’au musée et nous a attendu toute la visite pour continuer avec nous après. Nous sommes allés jusqu’à un fleuve, à 6 km du centre, pour pique-niquer et profiter du soleil dans l’eau (toujours avec le chien ^^).

Ici, collection de gramophones.

Ici, collection de gramophones.

Quel Idiot ce saucisson !!

Quel Idiot ce saucisson !!

      La région aura vraiment été un coup de cœur, mais nous reprenons la route pour retrouver notre ami Thibault un peu plus loin. Nous repassons par la ville de Córdoba, qui ne nous a pas transcendés mais qui a quand même un petit centre piéton vivant et de très belles églises. Nous y avons pris une « merienda » : le goûter argentin (à 19h bien entendu, il ne faut pas perdre le rythme ^^). Pour 3,5€ on vous sert un grand café, un verre de jus d’orange et deux petites pâtisseries.

                    Arg - Cordoba - Cordoba (14)        Retouchée avec "Selfie je m'aime"

      Nous n’y restons qu’une journée et enchaînons sur un looooooong bus de nuit : 21h de route pour aller à notre dernière étape argentine, les chutes d’Iguazú. Nous y retrouvons Titi pour faire l’attraction ensemble 🙂 Nous passons alors en zone subtropical, avec changement radical de paysage : terre rouge, ciel bleu et végétation dense. Un superbe mélange de couleur.

      Pour aller aux fameuses chutes, un bus part de la ville de Puerto Iguazú toutes les 30 min (100 pesos A/R – 260 pesos l’entrée au parc). Les chutes se situant entre l’Argentine et le Brésil, il est donc possible d’aller les observer des deux côtés. Mais il faut repayer un droit d’entrée au parc brésilien et faire la paperasse de passage de frontière. Nous décidons donc de ne faire que le coté argentin, avec ses trois circuits différents d’observation. A peine arrivés, nous tombons sur les fameux petits habitants du parc, les coatis (un cousin du raton laveur). Tout kikis mais un peu collants quand il s’agit de manger !

Mr le Coati !

Mr le Coati !

      Nous commençons vers 10h par le circuit dit inférieur, où il n’y a pas grand monde à cette heure, histoire d’avoir une première vue d’ensemble. 275 cascades, presque 3 km de long, 6 millions de litre déversés par seconde et une végétation luxuriante. Voila ce que ça donne 🙂

On est sur le cul !!!

On est sur le cul !!!

     Nous faisons ensuite le circuit supérieur, qui était malheureusement bondé de monde. Nous y sommes donc retournés rapidement à la fin de la journée, avec en prime un magnifique arc-en-ciel, et une lumière parfaite.

Ca fait beaucoup d'eau tout ça !!

Ca fait beaucoup d’eau tout ça !!

     Le dernier circuit est celui permettant de voir la Garganta del Diablo (Gorge du Diable), la plus haute des cascades, qui atteint les 90 m de hauteur. On ne peut même pas y voir le point de chute, tellement la puissance de l’eau crée une brume de vapeur d’eau et une petite douche par la même occasion. It’s Amazing !! Pour y aller, il y a le choix entre le petit train (gratuit, toutes les 30 min) ou 4 km à pied. Nous avons choisi l’option marche, pensant que ça allait être joli de se balader dans la jungle, mais la route suit en fait complètement les rails et est en plein soleil, donc pas grand intérêt… Nous rentrerons donc en petit train.

     Arg - Iguazu - Titi (1)     Arg - Iguazu - Vue gorges du diable (5)

      Nous profitons de notre deuxième journée pour louer des vélos et faire les 2/3 visites à faire en ville. Ce que nous ne savions pas, c’est que toute la route n’est que « montée – descente – montée -descente », de quoi perdre Aurore, surtout avec la chaleur! Un petit tour à la réserve des animaux blessés (85 pesos), où pendant l’heure de visite, on nous explique les petites histoires de chaque animal, pourquoi il est là et où en est son rétablissement. Un endroit très sympa. Puis la visite de la « casa de botellas » (50 pesos), une maison fabriquée uniquement en bouteille plastique et emballage tétra pack, tout comme les meubles. Un peu cher pour les 10 minutes de visite, rien d’incontournable mais rigolo et intéressant.

    Arg - Iguazu - La réserve (8) Arg - Iguazu - La maison en bouteilles (5)

       Nous finissons notre tour à vélo par la triple frontière Argentine -Brésil -Paraguay séparés par le croisement de la rivière Iguazu et du fleuve Panama ,et où chaque pays a placé un obélisque de la couleur de son drapeau. Ces derniers sont tellement petits qu’on a dû mal à les trouver dans le paysage, et encore plus à les prendre en photo. Mais bon, c’est pour le délire !

Instant selfie entre copines !!

Instant selfie entre copines !!

      Nous disons au revoir (pour la troisième fois du voyage) à notre Thibault, et à l’Argentine. Un petit pincement au cœur après trois mois de vadrouille et de rencontre, mais aussi une soif de voir autre chose.

Des Poutoux !!

Des Grow Poutoux !!

Atençao Brasil, aqui estamos !!

Les sweedys, de Nono à Iguazu

"

Laisser un commentaire, ca nous fera plaisir :D

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s